459 instituteurs remis à la disposition du département de l’Enseignement fondamental par le ministère de l’enseignement supérieur et secondaire manifestent leur désapprobation de la mesure


saharamedia
Jeudi 2 Septembre 2010



Le ministère de l’enseignement supérieur et secondaire a remis à la disposition du département de l’enseignement fondamental quelque 459 instituteurs qui exerçaient, jusque-là, les charges de surveillants généraux et d’économes dans des établissements d’enseignement secondaire.

La décision n’a cependant pas tardé de provoquer un vif mécontentement dans les rangs des enseignants ciblés qui ont déclaré que l’instituteur n’a, comme seule voie de promotion, que la fonction de surveillant général ou d’économe.

C’est à ce sujet que Mohamed El Hafedh Ould Horma, économe du lycée de Teyarett, l’un des porte-paroles du groupe des enseignants visés par la mesure, que la décision est une première du genre qui ignore complètement les droits des enseignants qui exercent ce métier depuis plus de 30 ans et sont sur le seuil de la retraite. Il a de ce fait demandé à l’Etat de revoir cette mesure pour tenir compte de l’ancienneté de ces enseignants.

Selon une source responsable au niveau du ministère de l’enseignement supérieur et secondaire, cette mesure a été prise sur demande du département de l’enseignement fondamental qui cherche ainsi à résorber le déficit d’instituteurs auquel il fait face à la veille de la nouvelle rentrée scolaire. Le ministère de l’enseignement fondamental a, dans le passé, fait cas de l’utilisation par secondaire de quelque 1179 enseignant au moment où lui-même éprouve des difficultés à combler son déficit.















GABONEWS APAnews