6 membres du gouvernement mauritanien présents à la cérémonie de sensibilisation des donneurs bénévoles de sang


saharamedia
Lundi 14 Juin 2010



6 membres du gouvernement mauritanien présents à la cérémonie de sensibilisation des donneurs bénévoles de sang

Le don du sang reste encore faible en Mauritanie et  70% des donneurs sont familiaux pour seulement 30 % de donneurs bénévoles. Comment inverser une telle tendance, c’est le défi qu’entendent  relever les autorités mauritaniennes à travers une campagne nationale menée par le centre national de transfusion sanguine. Le directeur du centre, le  docteur Mohamed Abdallahi Ould Bollahi, a confié  à Sahara media  cet-après-midi en marge de la célébration de la journée, « que le monde a besoin de sang neuf et l’accent est mis sur la jeunesse… ajoutant que l’intérêt qu’accordent les autorités politiques mauritaniennes  au don de sang se traduit par la présence de six membres du gouvernement aux manifestations marquant la journée ». Ould Bollahi devait, en outre, dire que la Mauritanie, n’a commencé à célébré cet événement qu’en 2004  « à l’époque nous n’avions  que 7 donneurs bénévoles et aujourd’hui, nous avons décernés des diplômes à 7 ONG qui participent à la campagne nationale… Leur contribution a renforcé nos efforts…présentement, nous avons 13 000 donneurs dont 25% bénévoles… Nous avons besoin de 25000 donneurs car nos  besoins s’accroissent avec le développement de la médecine… Tous les malades ont besoin de sang : les cardiaques, les cancéreux sous traitement de chimiothérapie". Le docteur Mohamed Abdallahi Ould bollahi affirme que la chimiothérapie tue les cellules y compris les cellules de sang, c’est pourquoi, une transfusion est indispensable pour les malades sous ce traitement. « Nous fournissons donc du sang à toutes les chirurgies des hôpitaux et les cliniques du pays mais également aux femmes enceintes… ». Le directeur du centre national de transfusion sanguine précise que la plupart des causes de mortalité maternelle, sont dues à l’hémorragie et que 40% des poches de sang données par le centre vont aux femmes enceintes. Le docteur a lancé un appel aux leaders d’opinion pour contribuer à la sensibilisation de la population sur l’importance du don de sang pour sauver des vies humaines.

 

 















GABONEWS APAnews