840 enfants mauritaniens bénéficieront de l’aide de la Jamahiriya dans 6 régions du pays


saharamedia
Samedi 19 Juin 2010



840 enfants mauritaniens bénéficieront de l’aide de la Jamahiriya dans 6 régions du pays

Le guide libyen Mouammar El Kaddafi accorde à la Mauritanie 250.000 000 d’ouguiya pour la construction et l’équipement des jardins d’enfants dans 6 régions du pays. La cérémonie de pose de la première pierre de ces établissements préscolaires, a eu lieu dans le département de Ryad (banlieue sud-est de Nouakchott). Une délégation libyenne conduite par le directeur général  du fonds libyen pour l’aide et le développement,  a assisté à la cérémonie présidée par la ministre mauritanienne des affaires sociales. Le directeur du fonds libyen, Varaj Ahmed Varaj saty, est venu finaliser avec les autorités mauritaniennes concernées, les modalités de décaissements du montant de l’investissement. Par ce geste le guide libyen matérialise l’intérêt qu’il porte à la jeunesse mauritanienne au moment ou les autorités mauritaniennes attendaient surtout un début d’exécution des projets à vocation économiques  déjà identifiés et conclus dans le cadre de la commission mixte de coopération des deux pays. En fait, lors de la visite effectuée l’année dernière en Mauritanie, Kadaffi avant posé la première pierre d’un ambitieux complexe hôtelier. Le temps file et les mauritaniens ne voient rien venir de la Jamahiriya en ce sens. En attendant, des voix pessimistes se sont lèvent contre le pouvoir actuel pour avoir choisi un site stratégique en vue de bâtir le complexe Kadhafi. Il s’agit de l’ancienne école nationale d’administration ENA qui, au demeurant, se trouve à proximité de l’état-major de l’armée nationale. Démolir  l’une des premières institutions de la République et vouloir construire une imposante tour, car il est question de 24 étages, surplombant, de surcroît, les installations de l’armée,  ce sont là les deux principales erreurs pointées par ceux qui ont critiqué le choix du site. Toujours est-il que les fonds destinés au financement du complexe, ne sont toujours pas arrivés.

 

 















GABONEWS APAnews