ADIL, Alternative et RDPM en conclave pour la fusion


saharamedia
Mercredi 19 Mai 2010



ADIL, Alternative et RDPM en conclave pour la fusion

Une tendance du Pacte National pour la Démocratie et le Développement (PNDD)-ADIL, favorable au vice président Bodiel Ould Houmeid, l'Alternative et le Rassemblement du Peuple Mauritanien (RDPM) et des cadres indépendants, sont engagés dans des concertations depuis lundi, a appris Sahara Médias mardi de sources autorisées.

Ce conclave a pour objet le processus de refondation de ces différents partis et forces politiques en une seule formation.

Cet élan unitaire est motivé par un souci de repositionnement sur la scène politique mauritanienne dans un contexte de crise.

Une donne face à laquelle de nombreux défis interpellent la nation. Ces défis portent notamment sur une nécessité d'approfondissement de la démocratie, les questions de bonne gouvernance et les problèmes sécuritaires.

A travers cette démarche, ADIL tendance Bodiel et les nouveaux venus entendent mettre fin à l'actuelle "atomisation" de la scène politique et influer de manière conséquente sur le destin du pays.

Cette réunion sur le chemin de la fusion intervient moins de 48 heures après un congrès extraordinaire de l'Alternative de Mohamed Yehdhi Ould Moctar El Hacen sur le même sujet.

Un gros hic par rapport à cette intense activité animée par un fort souci d'unité.

Le parti ADIL est fortement divisé avec un risque de scission.

d'un côté, La tendance originelle,"ADIL canal historique" fidèle au président Yahya Ould Ahmed Waghef, ancien premier Ministre.

Ce camp est de moins en moins emballé par l'idée de la refondation avec une perspective de recomposition de toutes les instances.

En face, les amis de Bodiel Ould Houmeid, ancien ministre.

Le deuxième bloc de l'ex parti au pouvoir est en parfaite harmonie avec les nouveaux venus(Mohamed Yehdhi Ould Moctar El Hacen,Louleid Ould Weddad et les autres).

Une nouvelle configuration dans laquelle la rupture rentre dans l'ordre du possible.

Pire, refusant d'en prendre l'initiative, les partisans de Ould Waghef, majoritaire au sein des instances actuelles, n'attendraient plus que l'annonce de la naissance de la formation refondée pour prendre acte de la démission de leurs camarades.

 















GABONEWS APAnews