Abdallah Essenoussi entre les mains de la justice libyenne après des négociations marathon et sa réclamation par plus d’une partie


Mercredi 5 Septembre 2012


Enfin, l’ancien chef des renseignements de la défunte Jamahiriya, Abdallah Essenoussi, est tombé entre les mains des nouvelles autorités de son pays.


Abdallah Essenoussi entre les mains de la justice libyenne après des négociations marathon et sa réclamation par plus d’une partie
Un avion spécial venu à Nouakchott avec à son bord le ministre des Finances et celui de la Justice est reparti avec cette prise de choix pour Tripoli qui réclamait, depuis plusieurs mois son extradition aux autorités de Nouakchott. Ce qui vient d’être fait après des négociations marathoniennes à Nouakchott et des rencontres, au plus haut niveau, à l’étranger, au cours desquelles la Libye a exercé toutes sortes de pression sur la Mauritanie, en faisant miroiter des offres financières, économiques et politiques à Nouakchott qui se devait de ne pas livrer la « boite noire » de Kadhafi avant d’avoir des garanties de plus d’une partie, selon ce que pense un analyste. Un bref communiqué et un bandeau passé à la télévision d’Etat étaient suffisants pour faire couler l’ancre sur le cas Essenoussi mais surtout sur les dessous de sa remise aux autorités de son pays. Un homme qui a occupé, au cours des derniers moins, un pan important de l’actualité en Mauritanie et à l’étranger, et qui a été demandé par plus d’une partie qui voulaient, à défaut de l’avoir pour le juger, lui soutirer des informations sur des dossiers restés sans réponse après la mort de Kadhafi.














GABONEWS APAnews