Abdoulaye Wade prêt à discuter d'une assistance de la France à des "forces d'intervention régionales"


saharamedia
Samedi 29 Mai 2010



Le président sénégalais Abdoulaye Wade se dit prêt à discuter avec Paris d'une assistance logistique que la France pourrait apporter à d'éventuelles forces d'intervention régionales africaines, dans un entretien publié par "Le Parisien" dimanche, jour d'ouverture du sommet France-Afrique à Nice. Abdoulaye Wade confie qu'il ne croit pas à "une force militaire au niveau du continent africain" car "une armée a besoin d'un pouvoir civil au dessus d'elle". "Je crois plutôt à une formule de forces régionales, qui pourraient immédiatement intervenir pour éviter des conflits entre les pays", dit le chef d'Etat sénégalais. "On aurait par exemple des troupes terrestres fournies par le Sénégal, des forces marines de la Côte d'Ivoire, des forces aériennes du Mali ou d'un autre pays".

 

"Il faut une assistance logistiques, des équipements", souligne Abdoulaye Wade. "La France offre de participer à un tel effort. Discutons-en".

Par ailleurs, le président sénégalais explique attendre de la France qu'elle aide l'Afrique à être présente "là où se prennent les grandes décisions". "Voilà un grand continent qui n'est pas représenté au Conseil de sécurité de l'ONU, alors que 70% des questions qui y sont traitées concernent l'Afrique". Abdoulaye Wade "propose que ce soit le président en exercice de l'Union africaine (UA) qui représente toute l'Afrique au Conseil de sécurité ou dans d'autres institutions internationales". AP

 















GABONEWS APAnews