Accrochages entre l'armée nigérienne et Boko Haram


Saharamedias+Agences
Mercredi 7 Mai 2014


Des violents combats ont opposé mardi matin, dans la région de Diffa (est), l'armée nigérienne à des éléments du groupe islamiste armé Boko Haram, venus du Nigeria voisin, ayant fait plusieurs blessées.


Accrochages entre l'armée nigérienne et Boko Haram
"Deux des assaillants ont été blessés et plusieurs autres capturés" a expliqué M. Saouna, soulignant que les assaillants combattaient aux cris de "Alahou Akbar! (Dieu est grand!).
"Les assaillants sont venus sérieusement armés et vu leur capacité de coordination lors des combats, il ne pouvait s'agir que des éléments de Boko Haram" a poursuivi le préfet.
Ces sont les tous premiers combats officiellement signalés entre les forces nigériennes et Boko Haram.
Selon une source sécuritaire, une patrouille de la police et de la gendarmerie était tombée tôt mardi dans une embuscade d'éléments de Boko Haram, alors qu'elle poursuivait deux hommes armés qui venaient d'attaquer un commerçant de la région.
"Un des voleurs poursuivi a du alerter le groupe qui est arrivé lourdement armé", a indiqué la source sécuritaire.
"Nous avons du envoyer des renforts de l'armée, de la gendarmerie et de la garde nationale et les combats très violents ont duré plus d'une heure", a encore expliqué le préfet de Diffa.
Les combats se sont déroulés près de Chétimari, une localité située à seulement une vingtaine de Diffa, la capitale régionale, selon le Préfet.
"C'est à l'issue de combats acharnés que les assaillants ont été repoussés de l'autre côté de la frontière du Nigeria", a affirmé le gouverneur de la région de Diffa Yacouba Soumana Gaoh dans un communiqué lu à la télévision publique.
Les forces nigériennes "ne déplorent aucun blessé", mais un véhicule de la police a été endommagé par les tirs des assaillants, a-t-il souligné.
Parmi les deux combattants islamistes blessés, "un a été admis à l'hôpital de Diffa", a-t-il dit.
"Au total, deux assaillants ont été capturés sur le théâtre des opérations, une autre personne a été arrêtée dans la ville de Diffa grâce à des appels téléphoniques qu'elle a effectués et huit autres présumés complices des islamistes ont été interpellés par la police locale", a indique le gouverneur.
Huit motos qui servaient de moyens de transport aux assaillants ont été saisis ainsi que cinq téléphones cellulaires leur appartenant.
En octobre 2013 un militaire nigérien a été tué et trois autres blessés dans une attaque en territoire nigérian, dans une zone berceau de la secte islamiste Boko Haram.
Mais Niamey avait attribué l'attaque à des "bandits armés".
La région de Diffa abrite quelque 50.000 réfugiés ayant fui les violents combats entre l'armée du Nigeria et les islamistes.
Le groupe islamiste armé Boko Haram, qui a multiplié les attaques sanglantes ces dernières semaines au Nigeria et a revendiqué l'enlèvement de plus de 200 lycéennes.
 
 
 














GABONEWS APAnews