Action humanitaire à cœur ouvert


saharamedia
Mardi 11 Mai 2010



Action humanitaire à cœur ouvert

La Fondation Mauritanienne du Cœur organise, en partenariat avec les ministères de la Santé, de la Femme, de l’Enfance et des  Affaires sociales et le Centre national de Cardiologie, une mission humanitaire en Mauritanie du 8  au 15 mai 2010. La mission effectue ses activités et interventions à l’Hôpital Cheikh Zayed A la tête de cette mission, le Docteur Mohamedou LY,  Chirurgien Thoracique et Cardiovasculaire mauritanien, formé en Tunisie et  exerçant depuis 10 ans au Centre chirurgical MARILANNELONGUE en France. Il est le président  fondateur, en 2008,   de la Fondation Mauritanienne du Cœur qui a pris l’initiative de l’organisation de cette action.  

La réalisation de la présente mission à été possible  grâce aux généreux dons en matériel médical et chirurgical concédé par les sociétés  TERUMO, MAQUET, SORIN BIOMEDICA, SAINT JUDE MEDICAL, GAMIDA, Kimberly-Clark et à l’affrètement gratuit  du matériel (270kg) par la compagnie MAURITANIA AIRWAYS.  La valeur minimale de ce matériel est estimée à plus de 20.000 Euros, soit environ 07 millions d’UM.

L’équipe internationale ayant participé à cette  mission est composée de chirurgiens, de cardiologues, d’anesthésistes,  d’infirmiers et de spécialistes en circulation extracorporelle du centre chirurgical MARIE LANNELONGUE en France,  de la clinique Saint Gatien de Tours en France, de l’hôpital  Saint- Joseph de Gilly en Belgique et de l’hôpital Sahloul de Sousse en Tunisie.

Au cours de cette mission des opérations  chirurgicales à cœur ouvert ont été  jusque-là effectuées avec réussite, ainsi  que de nombreuses opérations vasculaires et des consultations cardio-vasculaires, surtout dans le domaine des cardiopathies congénitales qui est très peu développé en Afrique.  Plus d’une vingtaine de patients devraient être opérés et environ cent personnes seront consultés avec des méthodes et des moyens scientifiques assez fiables, permettant de faire un diagnostic déterminant pour leur traitement et le suivi de leurs cas par la Fondation et les structures locales d’appui.

Cette mission, qui ne sera pas la dernière, s’inscrit dans l’objectif global de la Fondation Mauritanienne du Cœur  qui est celui  d’appuyer  une stratégie pour le développement de la santé dans le pays par le biais du transfert des savoirs  et des techniques médicochirurgicales. 

En  Mauritanie, plus de 40% des évacuations sanitaires vers l’étranger le sont pour des maladies cardiovasculaires et chaque prise en charge  coûte environ  3 millions d’Ouguiyas. Ces maladies sont aujourd’hui reconnues comme étant très fréquentes en Afrique et  y constituent l’une des premières causes de mortalité.

La Mauritanie connaît actuellement une transition épidémiologique avec la recrudescence des pathologies prévalentes dans les pays industrialisés. Ces Maladies sont favorisées par la sédentarité, l’obésité, le tabagisme, le stress, l’hypertension artérielle et leurs conséquences sur le système cardiovasculaire.  La prévalence de la  maladie coronarienne dans le pays est, elle aussi, loin d’être négligeable.

Par ailleurs, les populations des pays en voie de développement sont plutôt jeunes. Le taux de croissance de la population dans notre pays est de 2,7 % et 46 % de la population ont moins de 15 ans. Le nombre de valvuloplasties acquises ne fait que croître en raison des difficultés de prévention du rhumatisme articulaire aigu qui sévit de façon endémique dans le pays et touche près de 1/2 de la population active.

 Les opérations Chirurgicales  à cœur ouvert mais aussi vasculaires et thoraciques pour adultes, enfants et nouveaux-nés  seront intensifiées dans le pays  grâce à la prochaine mise en place, sous l’impulsion du Président de la République, d’un Centre National de Cardiologie moderne  d’une haute qualité, doté  de moyens techniques  répondant aux normes internationales  et qui aura une capacité de 100 lits.  

Pour atteindre des résultats tout à fait acceptables, il nous faut une coopération authentique avec un passage progressif «du témoin » par la multiplication des missions de cardiologie interventionnelle, de chirurgie cardiovasculaire et thoracique, l’uniformisation des techniques pour aider à consolider les acquis durant le transfert de la technologie.

 

 

 



 

 

 















GABONEWS APAnews