Adil : Les manifestations récurrentes peuvent échapper à tout contrôle


saharamedia
Lundi 16 Janvier 2012



Le président du parti Adil, Yahya Ould Ahmed Waghef, a déclaré que la Mauritanie « fait face à des défis sociaux, économiques et culturels ainsi que sécuritaires », appelant, dans ce cadre, à « un dialogue sérieux entre les différents partenaires politiques n’excluant personne ».

Ould Waghef, qui s’exprimait à l’ouverture d’une table ronde organisée par sa formation ce lundi sous le thème « Où va la Mauritanie », a indiqué que le défi sécuritaire « est devenu source d’angoisse par la hardiesse des terroristes à s’en prendre aux citoyens et aux symboles de la souveraineté nationale ».

Le président d’Adil a aussi considéré que la sécheresse à laquelle fait face le pays « est l’un des plus grands défis de l’heure » parce qu’elle met en péril la vie d’un grand nombre de populations vivant dans les campagnes. Il a également cité, comme préoccupation de l’heure, la flambée vertigineuse des prix, le chômage qui « entraîne des manifestations en série de syndicats et des différentes couches sociales », ajoutant que ces « manifestations risquent d’échapper à la maîtrise ».

Plusieurs cadres du parti ont par la suite pris la parole mais l’intervention qui a le plus attiré l’attention est celle de l’ancien ministre des Affaires étrangères Mohamed Vall Ould Bellal qui s’est inscrit en porte-à-faux de ceux qui considèrent que les coups d’Etat de 2005 et de 2008 sont assimilables aux révolutions des « printemps arabes ». Pour Ould Bellal, le seul point positif de ces deux putschs ait qu’ils ont contraint le président à ne pas se présenter plus de deux fois.

Il a ajouté que ces deux coups d’Etat « sont loin des révolutions » parce qu’ils ont amené au devant de la scène une majorité parlementaire ne venant pas des militants politiques connus « qui s’est rebellé contre le président élu » puis est devenu « l’Union pour la République », selon son propos.

La table ronde qui a été organisée à l’hôtel Emira a connu une grande affluence, notamment la présence de la plupart des leaders de l’opposition.

 















GABONEWS APAnews