Adil pense à revoir sa position au sein de la Majorité


saharamedia
Mercredi 13 Avril 2011



Und nouvelle fois, le parti Adel que dirige l'ancien Premier ministre Yahya Ould Ahmed Waghf, est au centre des débats. Le parti qui a rejoint la Majorité présidentielle a manqué son « insertion » et penserait maintenant à faire le chemin à rebours.

Le manque de cohésion entre la majorité et le parti Adel, dont certains membres fondateurs ont préféré rester sur les terres de l'opposition, n'est aujourd'hui un secret pour personne.

 

Les dirigeants de cette formation ne cachent pas non plus, leur mécontentement suscité par ce qu'ils pensent être une tentative de « marginalisation » de la part de leurs nouveaux alliés de la Majorité. Se pose maintenant avec sérieux la possibilité d'un « retour aux sources » (opposition) que laisse supposer la rencontre, hier mardi, sur demande d'Adil, entre deux dirigeants de cette formation politique, Yahya Ould Sid'El Moustaphe et Moussa Fall, avec le chef de file de l'opposition démocratique, Ahmed Ould Daddah.

 

Aucune information n'a filtré sur cette rencontre mais l'on ne peut supposer qu'elle ait trait à un dialogue dont la préparation est très souvent évoquée sans qu'on en voie les contours. Ni même les objectifs.

A noter également qu'Adil « déçu » ou pas par la Majorité qu'il a rejoint pensant avoir désormais plus d'affinités politiques avec ceux qui soutiennent le programme du président Aziz qu'avec ceux qui s'opposent à lui, a déjà marqué une différence : en dénonçant dans un communiqué qui tranchait nettement avec le « style » de la Majorité, la brutalité avec laquelle la police a réprimé la manifestation de la « Jeunesse du 25 février ». Il a alors rappelé, dans ce communiqué publié en mars dernier, son « opposition à toutes formes de violence contre des jeunes qui ne font qu'exercer leur droit à manifester garanti par la Constitution. »















GABONEWS APAnews