Affaire des otages enlevés au Niger:AQMI réclame l'abrogation de la loi interdisant le voile islamique intégral


saharamedia
Lundi 11 Octobre 2010



Affaire des otages enlevés au Niger:AQMI réclame l'abrogation de la loi interdisant le voile islamique intégral

Entres autres revendications pour la libération de 7 otages (parmi lesquels 5 francais) enlevés dans la nuit du 15 au 16 septembre dernier au Niger, Al Qaida au Maghreb Islamique (AQMI) réclame l'abrogation de la loi interdisant le port du voile islamique intégral

(burqa) dans les lieux publics en France, selon la chaîne de télévision Al Arabia.

Les ravisseurs des otages exigent également la libération d'activistes du groupe détenus en France, en Mauritanie et dans d'autres pays, ainsi qu'une rancon de 7 millions d'euros.

 

En raisons de ces exigences jugées "irréalistes" par la France et le Mali,  les premiers contacts avec AQMI sont qualifiés de "peu encourageants" par des sources restées dans l'anonymat.

 

Toutefois, le ministère francais des affaires étrangères n'a pas voulu commenté ces derniers développement préférant garder la discrétion nécessaire en pareilles circonstances.

Ces revendications tombent au moment ou la seule femme du groupe des otages,Francoise Larribe, qui souffrirait d'un cancer, suscite une vive inquiétude.

Le groupe présumé auteur de l'enlèvement des 7 otages travailleurs des entreprises AREVA et SATOM dans la cité minière d'Arlit (Nord Niger) a exécuté un autre otage, l'humanitaire  Michel Germaneau, fin juillet, en répresaille contre un raid militaire  franco mauritanien visant à libérer ce dernier.















GABONEWS APAnews