Ahmed Ould Daddah : Le pouvoir d’Aziz est le dernier régime militaire dans la sous-région et il faut travailler à le faire partir


saharamedia
Samedi 31 Mars 2012



Ahmed Ould Daddah : Le pouvoir d’Aziz est le dernier régime militaire dans la sous-région et il faut travailler à le faire partir

Le président du Rassemblement des forces démocratiques (RFD), Ahmed Ould Daddah, a indiqué que le pouvoir de Mohamed Ould Abdel Aziz est le dernier régime militaire dans la sous-région et qu’il faut travailler inlassablement pour le faire partir « parce qu’il est devenu une menace pour la paix sociale et l’unité nationale », selon son expression.
Le chef de file de l’opposition mauritanienne, qui s’exprimait au cours d’une table ronde sur les changements démocratiques, dans le cadre du « printemps arabe », a indiqué que ces mutations ne peuvent être positives que si les dirigeants acceptent de « se départir des comportements dictatoriaux et d’entrer, de manière pacifique, dans la gouvernance démocratique véritable », selon son expression.
Il a ajouté que la Mauritanie a connu, depuis 1978, une série de coups d’état dont l’objectif était toujours de parvenir au pouvoir et d’en jouir des privilèges et intérêts, précisant que le putsch de 2005 a fait l’objet d’un accueil favorable au sein de la population mauritanienne parce que ces auteurs « avaient promis de remettre le pouvoir aux civils, ce qui n’a pas été respecté », selon son propos.
Ould Daddah a indiqué que « l’auteur du premier coup d’état a aussi commis le même acte, une année après, sur un président démocratiquement élu, pour s’autoproclamer président durant une année, organiser des élections après et les remporter grâce à la fraude ».
Le chef de file de l’opposition considère que la Mauritanie se débat actuellement dans une crise multiforme, à la fois politique, économique et sociale, sur fond de flambée des prix, de détournement des richesses nationales, de sécheresse et d’incapacité d’organiser des élections pour renouveler les mandats arrivés à termes des députés et des maires.

 















GABONEWS APAnews