Alerte sur le risque de prolongement de l'hivernage et ses conséquences sur les cultures et les pâturages au Sahel


saharamedia
Mardi 19 Octobre 2010



Les perspectives des récoltes  pour  la campagne agricole 2010-2011 au Sahel, comparées à la moyenne de la période  1971-2000,  sont bonnes dans l'ensemble,selon un bulletin du Centre Régional AGRHYMET du Comité Inter états de Lutte contre la Sécheresse au Sahel (CILSS), transmis mardi à Sahara Médias.

Cependant, il existe un risque de prolongement de l'hivernage au-delà du 10 octobre, nécessitant "des mesures de surveillance et de protection pour limiter les pertes sur les récoltes et les pâturages en raison de l'excès d'eau" dans la sous région Sahel/Afrique de l'Ouest.


L'hivernage 2010-2011 a été marqué par un démarrage "précoce, une relative bonne répartition des pluies dans le temps et dans l'espace, une abondance occasionnant des inondation dans la quasi totalité des pays et une extension des pluies dans les zones grégarigénes du criquet pèlerin dans le désert ".

On note d'importants excédents pluviomètriques variant de 150 à 200% notamment dans la zone agricole de la Mauritanie, dans les régions de Tambacounda et Kaolack au Sénégal, dans les régions de Tombouctou et Mopti au Mali, et celles de Zinder et Diffa au Niger, qui ont provoqué des inondations dont l'évaluation définitive "de l'impact est en cours" selon le bulletin d'AGRHYMET.

Sur le plan pastoral "les pâturages sont dans l'ensemble bons.L'analyse des indicateurs dérivés des données satellitaires utilisés dans le cadre du projet AMSED montre que les indices de végétation naturelles sont également bons ".

Ainsi, par extension, une bonne croissance des cultures et des pâturages est attendue presque partout dans les pays du CILSS et l'Afrique de l'Ouest.

Le bulletin signale cependant quelques zones "déficitaires à extension spatiale" parmi lesquelles l'Ouest de la région de Tombouctou (Mali) et les divisions administratives de Bassiknou et Nema (Est de la Mauritanie).

L'alerte signale aussi un risque  de développement de foyers de populations accridiennes dans le Sud de la Mauritanie, avec la présence "d'ailés qui vont se déplacer vers l'Ouest et le Sud-ouest" du pays.















GABONEWS APAnews