Alqaeda affirme que la mise à l’écart de Moctar Belmoctar « est une mesure administrative et organisationnelle ordinaire » et que lui l’accepte comme telle


Sahara Médias - nord Mali
Mercredi 17 Octobre 2012



Moctar Belmoctar
Moctar Belmoctar
Une source à l’intérieur d’Al Qaeda considère que la mise à l’écart de Moctar Belmoctar (Khaled Abu Al Abass) émir de la qatiba des enturbannés, est « une mesure administrative et organisationnelle ordinaire » et que le concerné l’accepte comme telle, ajoutant que cette décision prise par Mous’ab Abdoul Weddoud Droudkal, émir d’Al Qaeda au Maghreb Islamique (AQMI) n’entame en rien les mérites de Belmoctar.
Aqmi avait annoncé, de manière officielle, cette mise à l’écart vendredi dernier, une source proche de l’émir du Sahara, Yahya Abu El Hammam, révélant que ce dernier avait envoyé une délégation portant des messages de l’émir d’AQMIn Abu Mus’ab, aux membres du conseil de la choura de la qatiba, que cette lettre a été lue devant cette assemblée et distribuée par la suite aux combattants.
La source généralement bien informée, qui a préféré gardé l’anonymat, a expliqué à Sahara média que les raisons du limogeage du frère Khaled Abu Al Abass se trouvent être « son non respect des politiques de l’organisation et ses prises de décisions contraires aux recommandations de l’émirat », précisant cependant qu’il est l’un « des notables de l’organisation et de ses dirigeants historiques à travers ses trois étapes », selon son expression.
Elle a indiqué en même temps que « les appréciations de Moctar Belmoctar, bien qu’il ait le droit de les faire, ne correspondent pas à la politique générale de l’Organisation dans la nouvelle situation que traversent les moujahidines dans la zone du Sahara ».
Concernant le limogeage, la source indique que les pactes et accords de l’organisation donnent la latitude à l’émir général de mettre à l’écart « toute personne dans laquelle il ne voit plus les caractéristiques nécessaires pour assurer le commandement ou qui met en péril l’unité et la cohésion des différentes qatiba de l’organisation ».
Elle a ajouté que, jusqu’à présent, la gestion des affaires de la qatiba des enturbannés, l’une des plus anciennes de l’émirat du Sahara, est assurée par le Conseil de la choura, en attendant qu’un nouvel émir soit désigné et niant, en même temps, qu’il y ait des dissensions en son sein, « comme les ennemis aiment le faire croire », selon son propos.
La source proche de l’émirat du Sahara a indiqué que le « frère Khaled n’est ni le premier ni le dernier à être mis à l’écart », ajoutant que, « Dieu merci, il se plie avec sagesse à cette décision et continue à obéir aux ordres, ce qui prouve que les moudjahdines consacrent leur vie à l’Islam et n’ont rien de personnel ».
Enfin, la source a indiqué que le combat continue et qu’il ne va pas subir les contrecoups de la mort d’un chef ou de sa mise à l’écart 














GABONEWS APAnews