Amnesty International accuse le Nigéria d’avoir tué des manifestants


Nouakchott - Saharamédias
Jeudi 24 Novembre 2016



Amnesty International accuse le Nigéria d’avoir tué des manifestants
Amnesty International a accusé ce jeudi les forces de l’ordre nigérianes d’avoir tué au moins 150 personnes qui manifestaient pacifiquement pour réclamer la scission du Biafra, une accusation démentie par les forces armées et de police du pays.

Dans son rapport de 60 pages, Amnesty International se base sur des entretiens et des enregistrements de même que 122 photographies.

Le rapport accuse les forces armées et de police d’avoir recouru à l’usage de la force excessive pour disperser les manifestants.

L’organisation accuse l’armée d’avoir tiré à balles réelles, parfois sans sommation pour disperser des manifestations organisées par le mouvement des « fils authentiques du Biafra » entre aout 2015 et aout 2016.

Le porte parole de l’armée nigériane a nié ces faits et a précisé que la manifestation avait été violente et que 5 policiers avaient été tués lors d’un mouvement en mai dernier et que les manifestants avaient attaqué des véhicules de la police.

Le porte parole de la police estime que les accusations portées contre le Nigéria par Amnesty International étaient destinées à nuire à sa réputation.

Le mouvement biafrais avait entrepris une guerre de sécession entre 1967 et 1970, qui avait couté la vie à près d’un million de personnes.
 
 
 














GABONEWS APAnews