Amnesty International juge qu’Ould Dadde est détenu arbitrairement et doit pouvoir bénéficier d’une liberté provisoire


saharamedia
Mercredi 14 Décembre 2011



Amnesty International vient de déclarer « être préoccupée  par l’emprisonnement arbitraire » de l’ancien commissaire aux droits de l’homme, Mohamed Lemine Ould Dadde, et demandé au gouvernement mauritanien de lui accorder la liberté provisoire.

Dans un communiqué publié hier mardi, qu’elle considère que Ould Dadde est détenu « arbitrairement depuis Le 27 septembre dernier », précisant que la décision prise par le juge, le 04 décembre 2011, renvoyant son dossier devant la cour pénale, n’enlève rien à la situation de détention arbitraire.

Le communiqué précise qu’une mission de l’organisation a rencontré Ould Dadde, lors de sa dernière visite à Nouakchott, en novembre 2011, et le ministre mauritanien de la justice qu’elle dit avoir entretenu de « ses préoccupations » au sujet de ce détenu.

Amnesty international indique que cette « détention arbitraire » témoigne du non respect par la Mauritanie des conventions internationales qu’elle a pourtant signées et qu’elles surviennent à un moment où des doutes sont émis sur l’indépendance de la justice du pays, évoquant, dans le même contexte, ce qui est arrivé, en septembre, au juge Mohamed Lemine qui a été radié suite à un verdict rendu dans l’affaire de la drogue, « jugement qui n’a pas plu aux autorités », note le communiqué.















GABONEWS APAnews