Ançar Edine : Personne ne sera à l’abri de la guerre et nous restons attachés aux négociations


Sahara Médias - nord Mali
Vendredi 19 Octobre 2012



Ançar Edine : Personne ne sera à l’abri de la guerre et nous restons attachés aux négociations
Le Mouvement Ançar Edine, qui contrôle la ville de Tombouctou, a déclaré que la volonté du gouvernement de Bamako de déclencher une guerre au nord et d’y impliquer d’autres, « ne sert nullement le peuple malien  et les Etats de la sous région non plus ».
Dans un communiqué du mouvement parvenu à Sahara médias, Ançar Edine ajoute que de telles démarchent « exposent toutes les partis aux aléas de la guerre qui risque de prendre de l’importance », ajoutant que « personne ne sera à l’abri de ses conséquences ».
Le communique indique que la volonté de la France de mobiliser pour cette guerre ne lui fera gagner que « plus d’animosité de la part des peuples de la sous région, y compris durant la période de Sarkozy », précisant que les véritables mobiles d’une telle démarche ne sont autres que « le désir de mettre la main sur les richesses du sous-sol » dans la zone.
Ançar Edine dit rester attaché au dialogue à travers une médiation de l’Algérie et du Burkina Faso, « tout comme nous accueillons de tout cœur les propositions de quiconque privilégie la voie de la négociation », note le communiqué.
Ançar Edine s’est présentée comme « un mouvement local indépendant demandant l’application de la charia », rappelant qu’elle avait accepté, depuis un certain temps, une médiation pour une solution négociée » et ce à travers l’intermédiaire burkinabé (choisi par la CEDEAO) et celui de l’Algérie et que malgré cela, « le gouvernement de transition à Bamako a demandé une intervention militaire pour résoudre un conflit qui date du début des années 60 du siècle dernier».
Ançar Edine rappelle que plusieurs accords ont été signés pour régler le conflit de l’Azawad mais que, « à chaque fois, c’est le gouvernement malien qui ne tient pas parole ».














GABONEWS APAnews