Après la recrudescence des vols à Nouakchott, la police met aux arrêts une bande de lascars


saharamedia
Jeudi 20 Mai 2010



Après la recrudescence des vols à Nouakchott, la police met aux arrêts une bande de lascars

Après plusieurs investigations et une filature minutieuse, le commissariat de police de Tevragh Zeïna II vient de mettre la main sur une bande de voleurs, spécialisée dans le cambriolage d’échoppes et de locaux administratifs, a appris, ce jeudi, 20 mai, « Sahara Médias ». Cette bande composée de six jeunes opérait nuitamment dans plusieurs commerces de la ville où ils ciblaient particulièrement, lors de leur descente, outre les sommes d’argent, les produits (cigarettes et cartes de recharge), facilement « écoulables ».

C’est au cours d’une patrouille de police, dans la nuit du lundi au mardi (17 au 18 mai) que la bande est tombée aux environs de 3 heures du matin, dans les filets des hommes du commissaire Oumar Ould Mohamed Youssouf, suite à un rodéo dans les principales artères de la capitale. Refusant d’obtempérer aux injonctions de la patrouille au niveau de l’hôtel Aziza, les lascars enturbannés qui étaient à bord d’une Mutshibushi L200, engagèrent une course folle dans les rues de Tevragh Zeïna, puis ils longèrent le palais de justice en dépit d’un tir de sommation. C’est aux abords de l’Etat major de la garde nationale que les limiers de la police mettront la main sur trois des fuyards, après qu’ils eurent abandonnés leur véhicule. Les trois autres prendront la poudre d’escampette, avant d’être mis aux frais le lendemain. Face aux enquêteurs, les six membres de cette bande composée de cinq lascars passeront aux aveux.

L’enquête minutieusement menée par les hommes de Oumar Ould Mohamed Youssouf ont permis de remonter une partie de la filière. La reconstitution des faits a permis d’édifier les enquêteurs sur les différents endroits où la bande a opéré.

Entre autres faits, les lascars(le plus âgé est né en 1984, le benjamin est né en 1991) ont reconnu avoir cambriolé, le 6mai au soir, la Maison de la culture, sise ilot A. Lors de leur forfait, les cambrioleurs avaient emporté : deux ordinateurs, deux écrans et une camera. D’ailleurs, ils ont montré ce jeudi 20 mai, lors de la reconstitution des faits, aux enquêteurs l’itinéraire qu’ils avaient emprunté le soir du cambriolage pour dévaliser ladite direction.

Ces petits malfaiteurs sont issus de la petite pègre locale, fait-on remarquer. Trois d’entre eux avaient séjourné à la citadelle du silence. Tandis que les trois autres sont des novices. La police a saisi une quantité de drogue, de produits psychotropes et du vin et un lot important du matériel dérobé. Grâce à la vente de leur «  butin », ils s’achetaient des joints, du soum soum et des comprimés.

Une source concordante nous indique que l’enquête se poursuit pour remonter toute la filière et que tout le matériel volé sera récupéré.

Les propriétaires des épiceries cambriolées et les responsables de la maison de la culture se sont félicités de l’action menée par la police qui a permis de mettre fin à la cavale des lascars.















GABONEWS APAnews