Arabie saoudite : Présentation sur l’histoire culturelle et littéraire de la Mauritanie


Saharamédias/Nouakchott
Mardi 11 Mars 2014


Le centre culturel Mohamed Al Jasser en Arabie saoudite a accueilli, samedi dernier, le président de l’Université moderne de Chinguitti, Dr Mohamed El Moctar Ould Bah, qui y a présenté une conférence sous le thème : La littérature « chinguittéenne », entre le Maghreb et le Machrek.


Dr Mohamed El Moctar Ould Bah
Dr Mohamed El Moctar Ould Bah
Le centre culturel Mohamed Al Jasser en Arabie saoudite a accueilli, samedi dernier, le président de l’Université moderne de Chinguitti, Dr Mohamed El Moctar Ould Bah, qui y a présenté une conférence sous le thème : La littérature « chinguittéenne », entre le Maghreb et le Machrek.
L’activité littéraire a commencé par un discours prononcé par Dr Abderrahman Echoubeili, qui a présenté le conférencier et exposé en un certain nombre de points son passé académique et politique.
Dr Ould Bah, ancien ministre, député, homme politique, est connu également pour être un savant mauritanien et un éducateur de renom. En entament sa présentation, il a dit tout son bonheur d’avoir pour public un parterre d’universitaires, d’hommes de culture, de poètes, d’hommes des médias et des membres de la communauté mauritanienne vivant à Riad. Puis il a remercié le centre Hamed Al Jasser pour l’importance qu’il accorde pour les penseurs et hommes de cultures et l’appui qu’il accorde aux chercheurs qui s’intéressent à l’histoire des Arabes et leur patrimoine culturel. Il a remercié plus particulièrement parmi les présents, le président du centre, l’ingénieur Ma’an Hamed Al Jasser, et le président de la rédaction de la revue « Al arab », éditée par le centre, le Dr Ahmed Ben Mohamed Adhabib.
Dans sa présentation, le président de l’Université moderne de Chinguitt, Dr Mohamed El Moctar Ould Bah, a évoqué les premiers moments de la conquête islamique au Sahara, la création de la Mauritanie, la pénétration de l’Islam dans cette contrée puis les principaux facteurs qui ont contribué à façonner ses communautés et de la culture populaire ainsi que la pénétration des Arabes et le métissage qui s’en est suivi avec les populations autochtones. Ce métissage qui a  aidé, précise le conférencier, à l’émergence du hassaniya qui va remplacer progressivement le berbère. Un dialecte hassaniya que les mauritaniens considèrent comme le plus proche de l’arabe pur, s’appuyant en cela sur plusieurs notations linguistiques.
Et à propos des débuts de la poésie, Ould Bah indique : La langue arabe a favorisé une sorte de poésie consacrée à la « sira » (vie du Prophète, PSL), des chansons et des poèmes lyriques. Puis cette poésie s’est développée pour accompagner la poésie classique dans son développement et son essor.
Le conférencier abordera la naissance de cette poésie, qu’il situe au XIème siècle de l’Hégire, avec des auteurs de renoms arrivés à leur apogée. Puis, il s’est posé une question sur l’avant, précisant que les livres d’histoire ne donnent pas suffisamment d’éléments de réponse à cette question. Il a ensuite abordé la publication de la poésie « chinguitéenne », ses thèmes de prédilection et la critique qu’elle a suscitée précisant que cette dernière s’est focalisée plus sur la forme que sur le fond.
Ould Bah poursuivra cette présentation en évoquant les orientations de la poésie mauritanienne, les spécificités de chaque courant ainsi que ceux qui le représentent avant d’aborder la place de cette poésie et sa valeur artistique. Il dira, dans sa conclusion, que le Sahara de Chinguitt a porté l’étendard de la poésie arabe et lui a rendu son accent de l’époque antéislamique, ainsi que les « ornements » de la poésie abbasside, avec ce qu’elle a de clarté et de valeur spirituelle, toutes choses qui ont fait de la poésie de Chinguitt une production littéraire riche et complète.
La conférence a été suivie par des interventions de certaines personnes présentes et des débats qui ont enrichi le sujet. Tous n’ont pas tari d’éloges envers le conférencier Dr Mohamed El Moctar Ould Bah, la culture et les savants de bilad Chinguitt qui ont servi le savoir au Maghreb et au Machrek, notamment au royaume d’Arabie saoudite. Dans la partie réponses, le conférencier a donné plus d’informations sur la Mauritanie en ce qui concerne son histoire culturelle et scientifique.














GABONEWS APAnews