Au nom de la solidarité


saharamedia
Dimanche 20 Juin 2010



Au nom de la solidarité

 

Des humanitaires espagnols ont été enlevés par un groupe armé entre Nouakchott et Nouadhibou en décembre dernier et continuent malheureusement à ce jour  a être retenus en otage dans notre désert ou dans le prolongement naturel de celui-ci, quelque part dans le vaste Sahara.

 

Ces humanitaires espagnols avaient quitté leur Catalogne  d’origine dans le cadre d’une caravane organisée, partie de la ville de Barcelone, pour apporter aide et assistance à des populations nécessiteuses dans notre pays, au nom de la solidarité et des liens séculaires qui unissent les peuples mauritanien et espagnol.

Cet enlèvement tragique opéré sur notre territoire national engage notre responsabilité et nous assigne le devoir d’apporter assistance à personnes en danger.

Cependant, la récente déclaration de notre Ministre de la Défense, largement reprise par nos médias nationaux, est venu comme pour sonner le glas dans une affaire où le mutisme et le silence ont été appliqués avec rigueur jusqu’à présent, ce qui du reste est compréhensible en ce genre de cas où des vies humaines sont menacées.

Cette déclaration entrerait-elle dans le cadre d’une stratégie de négociation et ne serait –elle alors qu’un simple effet d’annonce ou plutôt s’agirait –il d’un alignement de notre pays sur la position connue en la matière de l’un de nos voisins régionaux?

En ce moment précis, je m’en voudrai si je n’appelais notre opinion nationale à une vaste mobilisation et si je n’invitais pas notre société civile dans ses différentes composantes à jouer un rôle accru et actif en faveur d’un dénouement heureux qui puisse mettre fin à la captivité de ces otages et permettre leur libération effective. C’est seulement à ce prix que nous aurons bonne conscience d’avoir obéi aux traditions d’hospitalité légendaire qui nous sont reconnues et d’avoir répondu à l’appel du devoir sacré.

Je m’en voudrai aussi si je ne m’adressais aux ravisseurs qui détiennent prisonniers ces humanitaires pour leur demander d’aller au bout de la logique qui a prévalu à la libération de la compagne de ceux -ci et ainsi, dans le même cheminement, rendre la liberté aux deux otages encore retenus entre leurs mains. J’ose espérer que leur aveuglement n’est pas sans limite, qu’ils soient capables de discernement et qu’ils trouveront la force nécessaire pour puiser dans notre sainte religion, l’Islam, les enseignements utiles pour accomplir ce noble geste. L’honneur et la fierté des populations de notre espace sahélo- saharien en dépendent dans une large mesure.

Au demeurant, l’histoire ne nous pardonnera point d’avoir laissé périr en notre demeure ou devant la porte de celle-ci des hommes innocents et sans défense, censés se trouver sous notre protection. Une lâcheté qu’aucun principe ne saura hélas justifier.

Abdellahi Ould El Hadj Brahim

Personnalité Indépendante

 















GABONEWS APAnews