Bamako : La rue bouge contre l'intervention de forces étrangères


Agences - Sahara médias
Samedi 29 Septembre 2012



Manifestants à Bamako (photo Afp)
Manifestants à Bamako (photo Afp)
La capitale malienne, Bamako, a vécu hier, au rythme des manifestations organisées par plusieurs centaines de personnes venues protester, à l'appel de la Coordination des organisations patriotiques du Mali (Copam), contre une intervention militaire de forces étrangères au Mali pour reconquérir le nord du pays.
Les manifestants dont le nombre varie de 300 à 800, selon les estimations de la police ou des organisateurs de la marche, qui a déferlé jusqu'aux abords du ministère de la Défense, disaient «soutenir l'armée malienne» souveraine, a déclaré le président de la Copam, Younouss Hameye Dicko, cité par l’AFP.
Ils brandissaient trois grandes banderoles sur lesquelles on pouvait lire «la Copam soutient l'armée pour la libération du Nord» ou «l'arrivée de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) déclenchera la guerre civile au Mali».
La Copam, supposé être proche de l'ex-junte, qui a mené le coup d'Etat militaire du 22 mars, affiche clairement son hostilité à l'accord entre la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et le Mali, annoncé le 23 septembre. Cet accord prévoit le déploiement d'une force ouest-africaine pour «appuyer» l'armée malienne dans la reconquête du nord, occupé depuis six mois par des groupes islamistes armés liés à Al-Qaïda au Maghreb islamique.














GABONEWS APAnews