Béji Caid Essebsi prête serment en tant que nouveau président élu de la république de Tunisie


Saharamedias/Agences
Mercredi 31 Décembre 2014


​Béji Caïd Essebsi a prêté serment ce mercredi 31 décembre au matin devant le Parlement tunisien, marquant la fin de la transition politique du pays, près de quatre ans après le renversement de Zine El-Abidine Ben Ali.


Béji Caid Essebsi prête serment en tant que nouveau président élu de la république de Tunisie
Il devient ainsi officiellement le premier président démocratiquement élu depuis l'indépendance du pays, en 1954.
« En tant que chef de l'Etat, je m'engage à être le président de tous les Tunisiens et Tunisiennes (...) je serai le garant de l'unité nationale. », a-t-il déclaré en prêtant serment.
« Il n'y a pas d'avenir pour la Tunisie sans la réconciliation nationale », a-t-il également souligné, alors que nombre de ses détracteurs et acteurs de la révolution de 2011 s'inquiètent de la présence d'anciens cadres du parti du président déchu Ben Ali parmi ses proches.
Ancien compagnon de route de Bourguiba, le père de l'indépendance, M. Caïd Essebsi, 88 ans, aura réussi à incarner pour toute une partie des Tunisiens, fatigués par quatre années d'instabilité, la promesse d'un ordre rétabli.
 
Et la première véritable alternative aux islamistes dont le passage au gouvernement (2011-2013) a constitué un traumatisme pour une partie de la population.
Le 21 décembre, le candidat de l'alliance laïque a remporté l'élection face au président sortant, Moncef Marzouki, qui avait été élu il y a trois ans par l'Assemblée constituante.
Le nouveau président verra ses prérogatives largement limitées par la nouvelle Constitution, au profit du gouvernement, que devraient diriger ses partisans.
 
 














GABONEWS APAnews