Burkina : les militaires passent le témoin à un civil pour mener à bon port la transition


Lundi 17 Novembre 2014


Désigné dans la nuit de dimanche comme le chef de l'État intérimaire du Burkina Faso, le diplomate Michel Kafando est une figure bien connue de la vie politique du pays. Sa nomination, saluée par l'Union africaine, marque ainsi la fin de la page du régime militaire qui a pris le pouvoir à la chute de Blaise Compaoré.


Burkina : les militaires passent le témoin à un civil pour mener à bon port la transition
"Plus qu'un honneur, c'est une redoutable responsabilité qui m’échoit, dont j'entrevois déjà les écueils et l'immensité de la tâche." Âgé de 72 ans, Michel Kafando est bien conscient de l'étendue de sa mission, celle de diriger la transition burkinabè qui devra conduire le pays vers des élections présidentielle et législatives, en novembre 2015.
Après une nuit de tractations, le 16 novembre, entre les civils et les militaires, le nouveau président intérimaire a à peine cillé à l'annonce de sa nomination. Distingué et réservé, cet homme de grande taille aux cheveux noirs légèrement grisonnants, vêtu d'un costume, a pris acte de sa nouvelle situation. "J'ai naturellement accepté comme chaque fois lorsque que j'ai été sollicité par le devoir", a-t-il déclaré.
Figure de la diplomatie burkinabè, Michel Kafando a été ambassadeur de la Haute-Volta (l'ancien nom du pays) puis du Burkina Faso auprès des Nations unies, respectivement en 1981-1982 et 1998-2011. Le diplomate a également été ministre des Affaires étrangères dans plusieurs gouvernements, entre 1982 et 1983.
Ses objectifs énoncés sont à la hauteur des attentes du Burkina Faso : "Bâtir ensemble une nouvelle société, une société réellement démocratique par la justice, la tolérance et l'union des cœurs".
Prochaine étape : la validation de sa désignation par le Conseil constitutionnel. Ce qui consacrera officiellement le retour des civils au pouvoir. Alors que beaucoup craignaient de voir l'armée conserver longtemps le pouvoir, la transition militaire n'aura duré qu'une quinzaine de jours.
 
 














GABONEWS APAnews