CLTM : La mesure de suspension de trois dirigeants divise la centrale syndicale


saharamedia
Jeudi 8 Septembre 2011



Des dizaines de travailleurs affiliés à la Confédération libre des travailleurs de Mauritanie (CLTM) ont pris d’assaut, ce jeudi matin, l’hôtel Chinguitti Palace où une réunion convoquée par le secrétaire général de la centrale devait entériner la suspension de 3 dirigeants du syndicat.

L’assaut et les accrochages qui s’en sont suivis entre syndicalistes rivaux ont entraîné la blessure du réceptionniste de l’hôtel et l’intervention de la police pour mettre un terme à cette rixe entre travailleurs.

Trois dirigeants de la CLTM (l’ancien ministre Mohamed Ould Yarg, Yarba ould M’Bareck, Sid’Ahmed Ould Saleck) avaient annoncé leur refus de la décision prise par le secrétaire général du syndicat, Samory Ould Bèye, et annonçant leur suspension. Ils ont accusé ce dernier, dans un communiqué dont Sahara média a reçu une copie, de « gestion unilatérale » de la centrale, de clientélisme et de favoritisme envers ses proches ».

Les trois syndicalistes sont considérés comme des proches du président de l’Alliance populaire progressiste (APP), Messaoud Ould Boulkheir, alors que Samory Ould Bèye mène une « fronde » contre ce dernier et l’accuse d’avoir rangé au placard les principes du mouvement El Hor, notamment la lutte contre l’esclavage.

Cette transposition du conflit entre Messaoud Ould Boulkheir et Samory Ould Bèye au niveau de la CLTM est la conséquence directe de l’expulsion du dernier de l’APP suite aux profondes divergences avec le président de l’Assemblée nationale.

 















GABONEWS APAnews