Célébration en Mauritanie de la 8é journée africaine de médecine traditionnelle


saharamedia
Mardi 31 Août 2010



L'Association des Médecins Traditionnels Mauritaniens (AMTM), a organisé mardi les festivités marquant la 8é journée africaine de médecine traditionnelle sous le thème "décade de médecine traditionnelle: les réalisations accomplies" dans les locaux de l'Ecole Normale Supérieur (ENS) de Nouakchott.

Une manifestation à laquelle ont pris part de nombreux participants (tradi-praticiens et médecins modernes).

L'organisant la journée répond au souci de  l'association de faire la lumière sur  "le rôle de la médecine traditionnelle dans le traitement de nombreueses maladies simples et compliquées, en faisant ressortir les nombreux acquis sur une dizaine d'années".

 

En ouvrant la journée, le Dr Mohamed Abdallah Ould H'hib, conseiller technique du ministre de la santé, a rappelé que la première décade de la medecine traditionnelle  reconnue par les pouvoirs publics et intégrée, est une étape importante pour la santé en Afrique.

La promotion de la médecine traditionnelle par son intégration au système sanitaire  est une initiative de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et de l'Union Africaine (UA) intervenue en 2000.

85% des populations en Afrique continuent à fréquenter les tradi-praticiens pour leurs soins primaires, a indiqué le responsable gouvernemental mauritanien citant  un rapport de l'OMS.

Prenant la parole au cours de la  manifestation, le représentant de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) à Nouakchott, le Dr Jean Pierre Baptiste, a souligné les insuffisances  en matière de promotion de la médecine traditionnelle constaées au cours de la décade " au plan de l'intégration au département de la santé, des lois régissant la profession de tradi-praticien et celles relatives à la protection de la propriété intellectuelle".

Le représentant de l'agence onusienne en Mauritanie a fortement plaidé en faveur "d'une action commune  de promotion de la recherche" associant médecins modernes et traditionnels sur des approches scientiques et l'expérience".
Pour sa part, Mohamed El Mamy Ould Dje, président de l'Association des Médecins traditionnels Mauritaniens, a déclaré que la création de  son organisation a permis de "rassembler et réviser les connaissances traditionnelles dont disposent les familles". et de mettre sur pied une charte d'honneur engageant les membres "à une déontologie" et "par rapport à un certain nombre de critères pour contrer l'anarchie et le commerce des médicaments à base de plantes".

 

 















GABONEWS APAnews