« Champions league » : le Réal impérial…


Nouakchott - Saharamédias
Dimanche 4 Juin 2017



Une saison bien réussie celle que vient de boucler le Réal Madrid en s’octroyant son 12ème trophée de la ligue européenne des clubs champions.

Il aura réussi ce qui pourrait être considéré comme un exploit, celui de passer 4 buts à la Juventus de Turin, invaincue tout au long de son parcours cette année dans cette compétition.

Ce titre, précédé il ya quelques jours de celui du champion d’Espagne, dont le club avait été sevré 5 ans durant, est le fruit d’un travail titanesque, réussi par un certain Zinedine Zidane.

Une gageure, avait-on dit quand le président du Réal avait décidé de porter Zidane à la tête du staff technique du club, au lendemain du limogeage d’un entraîneur pourtant chevronné, Rafa Benitez, après une défaite à domicile face à l’éternel rival, Barcelone.

Excellent joueur de son temps, Zidane vient de se tailler un autre costume non moins valeureux, celui d’un grand entraîneur.

Lors de cette finale qui avait opposé la meilleure défense à la meilleure attaque, c’est finalement cette dernière qui a triomphé.

Deux périodes de jeux se sont succédées, lors de cette finale.

Une première mi-temps plutôt italienne pendant laquelle les espagnols ont géré la fougue de leurs adversaires, et une deuxième mi-temps plutôt à sens unique, entièrement espagnole, malgré le score de parité à la reprise 1 but partout.

Le Réal réussira coup sur coup deux buts en quatre minutes et un autre, le quatrième à la 90ème minute.

Et puisqu’il faut évoquer les records battus, il faut souligner celui de Cristiano Ronaldo qui devient, avec son doublé face à la Juventus,  le meilleur marqueur de la compétition, devant son eternel challenger, Léo Messi, et le portugais signe également son 600ème but en 855 matchs dans sa carrière.

Le club lui aura réussi une première, celle de gagner la plus prestigieuse des compétitions européennes des clubs deux années successives, depuis qu’elle porte le nom de la ligue des champions.

Le résultat obtenu par les madrilènes, consacre de nouveau la suprématie des clubs espagnols sur le football européen depuis quelques années présents, au moins avec trois clubs, dans les ultimes phases de la compétition.

Avec le résultat enregistré par son club samedi soir, le président Perez, lui qui n’a jamais d’état d’âmes, peut se dire que la gageure a payé.

Le pari a été gagné.

une déception et un regret, côté Juventus, pour Buffon, l'un des meilleurs gardiens du monde de tous les temps, qui n'a pu accrocher à son palmarès élogieux, la trophée des clubs champions, le seul qui lui manquait et qu'il espérait beaucoup gagner dimanche.

seulement en face il y avait un certain Ronaldo...
 
 
 
 
 














GABONEWS APAnews