Cheikh Sidiya réunit les Soninkés de Mauritanie et du monde entier dans Festival culturel


Samedi 22 Février 2014


Des personnalités venues des quatre coins du monde, des hommes et des femmes, des jeunes et des vieux et, notamment la diaspora mauritanienne soninké de poids vivant en France, aux Etats unis et dans d’autres pays européens.


Les ministres présents et Cheikh Sidiya Tandia, deuxième à droite (photo : AMI)
Les ministres présents et Cheikh Sidiya Tandia, deuxième à droite (photo : AMI)
Tous sont venus répondre à l’appel du Festival International soninké a été donné jeudi en fin d’après-midi au stade olympique de Nouakchott, en Mauritanie. le festival dont les manifestations de la troisième édition se poursuivent se samedi, a bénéficié de la présence de plusieurs membres du gouvernement mauritanien ainsi que des personnalités politiques et culturelles.
La joie et le bonheur se lisaient sur le visage du maître d’œuvre de cette manifestation, Cheikh Sidiya Tandia, président de l’Association pour la promotion et de la culture soninké, qui a réussi à organiser cet évènement avec l’appui du gouvernement mauritanien, de la Communauté urbaine de Nouakchott et la région « Ile de France », dont fait partie le Grand Paris.
Le mérite de l’homme, qui a salué le niveau de l'assistance morale et matérielle fournie par les hautes autorités nationales pour garantir le succès de cette rencontre, est d’avoir surtout réussi de faire tourner la boussole de la ville malienne de Khayes, qui a accueilli les deux précédentes éditions, vers Nouakchott, et à convaincre les milliers de Soninkés mauritaniens vivant à l’étranger de rentrer, pour quelques jours dans leur pays, pour lui rendre une partie de son patrimoine culturel et humain, après que les transferts qu’ils effectuent depuis la France et les USA, à titre d’exemple, aient constitué la plus important apport économique des mauritaniens en exil.
Des Soninkés venus du Mali, de Gambie, du Sénégal, de Guinée ou encore du Niger sont présents dans la foule. Certains assistent pour la première fois à un tel événement.  Cet événement nous permet de montrer au monde nos coutumes et nos traditions», témoigne un jeune homme. Les Soninkés ont conservé une culture très riche et variée héritée de leurs ancêtres, pères fondateurs de l’Empire du Ghana.
Les organisateurs estiment que ce festival est de nature à favoriser les échanges. Cela fait plusieurs mois qu’ils préparent ce festival, le troisième du genre après ceux déjà organisés à Kayes, au Mali. «Cet événement est très important pour nous. Tous les deux ans, les Soninkés éparpillés à travers le monde se retrouvent pour discuter des enjeux culturels, économiques et sociaux spécifiques à leur communauté», témoigne l’un des membres du comité d’organisation.
Des concerts et des représentations de danse traditionnelle ont été programmés pour animer les soirées. Plusieurs conférences sont également prévues. L’occasion d’évoquer des thèmes sensibles liés à l’évolution de la condition des femmes, espère-t-on du côté des représentantes féminines dans le comité d'organisation.
La ministre de la culture, de la jeunesse et des sports Fatma Vall Mint Soueinie a, à cette occasion, indiqué que l'organisation de ce festival dans en Mauritanie  « contribuera certainement à la redynamisation de la scène culturelle au niveau de la sous région ». Elle a ajouté que la diversité culturelle en Mauritanie constitue en soi une source de force et un facteur d'unité nationale eu égard au rôle que la culture joue dans l'enracinement de l'esprit de dialogue constructif et de la fraternité entre les différentes composantes de notre société, tout en félicitant les initiateurs et organisateurs de cette rencontre.
 














GABONEWS APAnews