Commerçants mauritaniens : Air France nous a occasionné des préjudices estimés à un million de dollars.


saharamedia
Jeudi 15 Avril 2010



Commerçants mauritaniens : Air France nous a occasionné des préjudices estimés à un  million de dollars.

Des commerçants mauritaniens déclarent que la compagnie aérienne française (Air France)  a causé des préjudices notoires à des dizaines de travailleurs du marché de la téléphonie mobile plus connu sous le nom de « nokta sakhine » Selon l’un  des dits commerçants qui s’est confié à Sahara Media, Air France a embarqué la valeur de un million de dollars correspondant à trois cents millions d’ouguiyas à partir de l’aéroport de Dubaï au début du mois de mars dernier avec la promesse que la marchandise sera livrée dans quelques jours à Nouakchott. Il se trouve que cette marchandise n’est à ce jour pas arrivée et l’on en est sans nouvelles. Toujours selon ce même commerçant, les raisons invoquées par la société aérienne française par rapport aux retards accusés tiennent aux faits que la marchandise est soumise aux contrôles des douanes françaises.

 

Le commerçant estime que cette affaire a duré plus de temps qu’il n’en fallait en laissant transparaitre de fortes craintes et appréhensions et ce, avant de préciser qu’auparavant de nombreux autres embarquements de téléphones mobiles pour la Mauritanie ne sont pas parvenus à destination et ont occasionné des pertes importantes. Le commerçant affirme qu’au niveau de Dubai toutes les dispositions étaient prises pour que les envois soient faits en recommandé et donc sous le cachet de la garantie de livraison.

En conclusion, le commerçant de demande aux autorités mauritaniennes d’intervenir au prés ds autorités françaises afin que la marchandise puisse arriver à destination en mettant l’accent sur l’importance de valeur de cette marchandise estimée à plus d’un million de dollars et sur le fait qu’elle appartient à des dizaines de commerçants dont le capital individuel est limité.

Il est à noter que les douanes françaises procèdent assez souvent aux contrôles  des marchandises arrivant sur leur sol et les confisquent chaque fois qu’elles n’étaient pas aux normes établies.















GABONEWS APAnews