Communiqué de presse de la Coordination de l’opposition sur les résultats de la table ronde de Bruxelles


saharamedia
Dimanche 27 Juin 2010



Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE MicrosoftInternetExplorer4 /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin-top:0cm; mso-para-margin-right:0cm; mso-para-margin-bottom:10.0pt; mso-para-margin-left:0cm; line-height:115%; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; font-family:"Calibri","sans-serif"; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-theme-font:minor-fareast; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin;}

Depuis la fin, mercredi dernier, de la table ronde des bailleurs réunie à Bruxelles par le gouvernement, la machine de propagande de celui-ci mène une campagne tapageuse sur les résultats de la rencontre qui, si l’on en croit le Premier ministre de Mohamed Ould Abdel Aziz, a permis d’obtenir plus de 3 milliards de Dollars de financements, c’est-à-dire plus que ce que le pouvoir avait demandé. Tels qu’annoncés par lui donc, les engagements des partenaires au développement de notre pays couvrent les besoins de la Mauritanie pour trois ans au moins et sont de nature, s’ils sont bien gérés, à résoudre immédiatement les problèmes des populations qui endurent délabrement des principaux secteurs de l’économie nationale, dégradation du pouvoir d’achat, hausse effrénée des prix, accroissement du nombre de jeunes au chômage et, depuis quelques jours, pression fiscale insupportable sur les derniers opérateurs qui résistent encore à la crise.

La COD, qui n’a pas été invitée à la préparation de cette réunion et qui ne dispose donc pas d’éléments suffisants pour se prononcer sur la véracité ou non des informations véhiculées par le Gouvernement, ne peut cependant que se demander s’il s’agit d’engagements nouveaux obtenus par le régime actuel sur la base d’un programme d’investissement propre ou, tout simplement, des financements acquis en 2007 et gelés suite au coup d’Etat du 8 août 2008 ; auquel cas Mohamed Ould Abdel Aziz et son régime se devraient, plutôt que de mystifier le peuple en s’attribuant des réalisations de façon indue, de s’excuser auprès du peuple mauritanien du retard des financements qui lui étaient destinés et des énormes préjudices qu’il a subis par leur faute.Dans tous les cas, et en attendant d’être davantage édifiée sur la question, la COD constate que le Premier ministre demeure, à ce jour, la seule source ayant fait état de l’obtention par la Mauritanie de ces montants importants. L’un des bailleurs, en l’occurrence le Koweit, a d’ailleurs précisé - dans une déclaration faite le 24 juin à l’Agence Koweitienne de Presse par l’adjoint au directeur du Fond Koweitien pour le Développement Arabe – qu’il « a octroyé à la Mauritanie des prêts décidés en 2007 et remboursables de façon impérative ». De même, L’Agence Italienne d’Information relayée par Taqadoumy a rapporté, le 23 juin que l’UE, la BM et le FMI ont décidé de reprendre le décaissement des aides à la Mauritanie, gelées en 2008 suite au coup d’Etat, soit 2,5 milliards d’Euros ;
Observe que certains montants annoncés ressemblent fortement à ceux des engagements pris par les bailleurs en 2007 ( 700 millions de la BID) et que d’autres datent, sans équivoque, de cette période : les 156 millions du 10ème FED (UE) ;
Rappelle que n’eut été le comportement responsable de l’opposition au coup d’Etat et le sens patriotique de ses leaders qui ont accepté de signer l’Accord de Dakar pour mettre fin à la crise institutionnelle et n’eut été le sens du sacrifice du Président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi qui a démissionné pour ouvrir la voie à des élections présidentielles anticipées, aucune levée de suspension de la Coopération n’aurait été envisagée, ni même envisageable ;
Remercie la Communauté des bailleurs pour son assistance au peuple mauritanien et espère que ces financements ont été assortis des garanties nécessaires pour que les destinataires réels, c’est-à-dire les populations, puissent effectivement en bénéficier ;
Note qu’à en croire le Premier ministre, le Gouvernement a désormais suffisamment de moyens même plus pour soulager, à brève échéance, les souffrances des populations qui ne peuvent plus attendre. La COD se félicite de cette perspective et en félicite le peuple mauritanien, même si la gestion des affaires et des biens publics par le pouvoir actuel laisse planer beaucoup de doute sur la capacité de celui-ci à mobiliser les financements obtenus, à les traduire en services utiles pour le citoyen et, surtout, à les gérer dans la transparence et l’honnêteté requises.

Nouakchott, le 26 juin 2010


La Commission de Communication















GABONEWS APAnews