Condamnation politique pour l’emprisonnement de jeunes activistes


Nouakchott - Saharamédias
Mercredi 3 Août 2016



Condamnation politique pour l’emprisonnement de jeunes activistes

La condamnation par le tribunal pénal de Nouakchott ouest de jeunes activistes à une peine de deux ans de prison ferme a été condamnée par des formations politiques de l’opposition.

Pour le président du RFD, Ahmed O. Daddah cette décision judiciaire à l’encontre de ces jeunes est une véritable atteinte à la démocratie dans le pays.

Dans un point de presse mardi, O. Daddah a exprimé sa solidarité avec les familles des jeunes condamnés, dénonçant leur condamnation pour le simple fait d’avoir exprimé pacifiquement leur refus de l’arbitraire et l’exclusion.

Le parti Hatem a dénoncé lui aussi cette mesure, dans un communiqué distribué mardi.

Il ajoute que la justice est devenue désormais un instrument aux mains du pouvoir pour régler ses différents avec ses adversaires politiques.

Le mouvement du 25 février a déclaré quant à lui que le verdict rendu contre leurs militants appelle les forces vives du pays à se mobiliser davantage afin d’empêcher le cercle de la répression de s’élargir.

Il a invité les forces vives, soucieuses des libertés en Mauritanie, à prendre leurs responsabilités face à cette situation dommageable et déplorable et l’étape cruciale qu’exige un travail conséquent pour la changer.

 















GABONEWS APAnews