Coopération mauritano-européenne pour faire face aux menaces radioactives


Nouakchott - Saharamédias
Lundi 11 Janvier 2016



Coopération mauritano-européenne pour faire face aux menaces radioactives
Début ce lundi des travaux d’un atelier pour la formation des personnes de terrain concernées par la réponse aux menaces radioactives, biologiques, nucléaires et chimiques.

Cet atelier est organisé conjointement par l'autorité nationale de protection contre les radiations et de sécurité nucléaire et l'union européenne  à travers l'initiative des centres d'excellence.

Les acteurs de terrain concernés sont la gendarmerie, la garde nationale, la police, la protection civile, la douane et le département de l'environnement.

Ils suivront, cinq jours durant, des cours théoriques et pratiques sur la protection contre les menaces que pourraient constituer les radiations biologiques, nucléaires et chimiques.

Pour les autorités la capacité de réponse aux urgences, aux attaques et aux menaces de toute sorte constituent une priorité pour tous les pays, en particulier s'il s'agit de la réponse aux menaces des radiations biologiques, nucléaires et chimiques eu égard à leur gravité pour la vie et la pérennité de notre planète.


L’ambition de la Mauritanie, selon le chargé de mission du premier ministère, à travers cette coopération, à acquérir l'expertise et les compétences nécessaires pour réaliser un ensemble des objectifs dont le plus important est de déterminer ses besoins en matière de formation et de création d'un cadre national de coordination et d'exécution des activités nationales liées à ces domaines dangereux de même que les activités nécessaires pour la mise en place d'un programme efficace de sécurité pour une approche visant à répondre immédiatement en cas d'apparition d'une menace radioactive.

Pour le président de l'autorité nationale de protection contre les radiations et de sécurité nucléaire, Pr. Saleh Ould Moulaye Ahmed cette session s'inscrit dans les cadres des efforts entrepris par la Mauritanie pour améliorer sa performance dans les domaines de lutte et d'alerte, ajoutant que cet atelier vise à déterminer les besoins en matière de formation sur la réponse aux menaces biologiques, nucléaires, chimiques et de radiation, à mettre en place.  

Auparavant, l'expert international au niveau des centres d'excellence, Stephane Huiert a dit que l'UE travaille, par le biais de l'initiative des centres d'excellence, à réduire les effets de ce genre d'incidents à travers des programmes et des projets durables pour élargir le cercle de connaissances des concernés par la lutte contre les risques biologiques, nucléaires, chimiques et de radiation.

Pour sa part, Dr. Marian Kolencik directeur de l'institut international de sûreté et d'intervention rapide a souligné l'importance de la diversité des participants, qui représentent les différents départements concernés par la lutte contre ce risque.














GABONEWS APAnews