Coordination des étudiants nationalistes : L’association des étudiants d’obédience islamiste appelle à la retenue.


saharamedia
Jeudi 15 Avril 2010



 

La coordination des étudiants d’obédience islamiste de l’université de nouakchott déclare que la protestation des étudiants se poursuivra jusqu’à l’officialisation de la langue arabe telle qu’édictée par la constitution. La coordination des étudiants devait  préciser dans un communiqué paru le mercredi et dont sahara média a pu disposer, qu’elle est déterminée à continuer le combat pour l’application de la  constitution dans son intégralité afin que la langue arabe trouve la place qui lui sied. Dans la même foulée, le communiqué dénonce les violences dont les étudiants ont été victimes de la part des forces de l’ordre précisant que les autorités en assumaient toute la responsabilité.

Et le communiqué d’ajouter : « Cette question n’est ni raciale, ni politique et nous rejetons toutes les approches tendant à lui donner un caractère racial ou politique. Nous réclamons l’officialisation de la langue arabe au sein de l’administration et de l’enseignement de même que la valorisation des langues nationales (poular, soninké, ouolof). Nous exhortons, dans ce cadre, l’ensemble des étudiants à nous rejoindre et à soutenir notre cause au nom de la même génération à laquelle nous appartenons… ».

Par ailleurs, le communiqué réclame la destitution du Ministre de l’enseignement  qu’il estime rebelle par rapport à la constitution du fait de ses déclarations irresponsables et demande qu’il soit jugé pour avoir osé manqué d’égards vis-à-vis de la langue officielle de la Mauritanie.

En outre, le communique exige la libération immédiate des étudiants arrêtés suite aux manifestations du mercredi matin faute de quoi une grève et un abandon des cours seraient envisagés.

Pour sa part, l’Union nationale des étudiants mauritaniens d’aubédience islamiste a publié un communiqué dans lequel elle appelle à la retenue et dans lequel elle précise :  « L’université de Nouakchott a connu ce matin mercredi 14 avril 2010 des événements déplorables consécutivement à l’usage par certains étudiants de leur droit de réclamer l’arabisation de l’administration. Il en est résulté que les forces de l’ordre ont investi le campus de l’université et ont procédé à l’interpellation de certains étudiants.

En conclusion le communiqué invite l’ensemble des étudiants à ne pas verser dans les  actions de nature à remettre en cause l’unité estudiantine et plonger l’espace universitaire dans les intrigues politiciennes.















GABONEWS APAnews