Coupe du monde 2010 : l’Espagne est championne du monde


saharamedia
Lundi 12 Juillet 2010



Johannesburg, Afrique du Sud – C’est au cours d’un match sans merci, après d’innombrables cartons jaunes et fautes, que l’Espagne est venue à bout de la sélection néerlandaise, et cela après prolongation.
Pendant qu'Iker Casillas et le reste de l’équipe font un tour d’honneur du stade, des feux d’artifices s’élèvent au-dessus du stade de Johannesburg. La foule des supporters est en délire, l’Espagne a fait plier les Pays-Bas. Un but, il n’aura fallu que d’un seul but à la sélection espagnole, pour devenir pour la première fois de son histoire, championne du monde. Mais le match n’a pas été des plus fair-play, puisque rarement dans une finale de Coupe du monde, on a vu autant de cartons dégainés par l’arbitre, certains d’une couleur plus clémente qu’il aurait convenu. Dès le début de la rencontre, le ton est donné, et les coups bas pleuvent. A un tel point que finalement, Monsieur l’arbitre aura distribué neuf cartons jaunes aux Pays-Bas, dont certains auraient mérité le rouge, comme un coup de crampon en pleine poitrine donné par un joueur en Orange. Mais à noter que l’Espagne n’a pas été en reste non plus, dans la catégorie des gestes non réglementaires.

 

 

Quoiqu’il en soit, les deux équipes ont lutté tout au long du match, multipliant les occasions lors du temps réglementaire. L’équipe espagnole aura tout au long du match mis la pression à l’équipe adverse à l’aide d’un jeu riche en passes courtes très rapides, laissant planer sur ce match de Coupe du monde un suspense intense. Les Pays-Bas se sont montrés incapables de présenter à la fois une forte défense et de s’imposer dans le camp adverse sans faire de fautes. Les tacles du duo De Jong-Van Bommel ont cependant tenu face aux espagnols Xavi et Iniesta, rapides et efficaces sur le terrain.
Cette configuration a étiré le match sur sa longueur sur un score nul jusqu’aux prolongations. L'épuisement général a permis aux Oranje de remonter dans le jeu et les attaques placées de la Roja se sont fait plus rares comme les contres de Robben initiés par Sneijder. La prolongation ne fut, pour les Pays-Bas, qu'une attente interminable avec les tirs au but pour seul espoir. Le carton rouge d'Heintinga et une frappe croisée pleine de lucidité d'Iniesta (à la 117ème) l'auront finalement réduit en fumée.

L’heure est aujourd’hui à la fête en Espagne. La meilleure équipe du monde a remporté la compétition.

 

 















GABONEWS APAnews