Début du procès des présumés auteurs de l'enlèvement des otages espagnols mardi


saharamedia
Dimanche 18 Juillet 2010



Le procès devant la cour criminelle de Nouakchott d'une dizaine d'individus prévenus dans l'enlèvement de 3 humanitaires espagnols sur la route Nouadhibou-Nouakchott (les 2 principales villes de la Mauritanie), le 29 novembre 2009,  se déroule  mardi et mercredi dans le cadre d'une session spéciale. Parmi les accusés, un certain omar Sahraoui, ressortissant malien âgé de 52 ans, présenté comme le commanditaire de l'opération. Il est détenu à titre préventif en même temps quelques 5  protagonistes de cette affaire. D'autres individus accusés d'implication dans le rapt sont en liberté sous contrôle judiciaire;

Ce procès intervient dans un contexte sous régional marqué par un récent ultimatum de l'organisation terroriste Al Qaida au Maghreb Islamique (AQMI) pour la libération de certains de éléments détenus à Nouakchott. Un acte exigé des autorités mauritaniennes et à défaut duquel la nébuleuse menace de procéder à l'exécution d'un 'otage francais enlevé au Niger et  détenu au Nord Mali, Michel Germaneau.

Dans le passé, le gouvernement mauritanien a exclu toute idée d'une libération de terroristes en contre partie du relâchement d'otages occidentaux aux mains d'Al Qaida. D'ou la promesse d'un procès "exemplaire" dans le combat antiterroriste.

Toutfois, les gouvernements francais et espagnols, alliés de la Mauritanie dans la lutte contre le terrorisme,  sont déterminés à sauver la vie des otages, relèvent les observateurs à Nouakchott.

Une détermination à travers laquelle Paris et Madrid pourraient faire pression sur Nouakchott pour éviter tout verdict de nature à radicaliser d'avantage la nébuleuse terroriste.

 

Seck Mamadou

 

 















GABONEWS APAnews