Décrispation des relations entre Alger et Bamako


saharamedia
Jeudi 29 Juillet 2010



L’ambassadeur d’Algérie au Mali regagne son poste à Bamako, après la crise consécutive à la libération, par le Mali, de terroristes recherchés par Alger en février dernier. Rappelé pour consultation le 23 février dernier et ce, au lendemain de la libération, par le mali, de 4 terroristes salafistes d’alqaida, dont deux algériens réclamés par leur pays, Ayadi Nourndine, ambassadeur d’Algerie au Mali, a regagné son poste mercredi soir.

Alors soumis à de fortes pressions de la France, le Mali avait cédé en libérant les 4 salafistes deux algériens, un burkinabé et un mauritanien contre l’élargissement, par al qaida, de l’otage français Pierre Camatte. En son temps, c’est la Mauritanie qui avait donné le ton, en rappelant son ambassadeur à Bamako, en guise de protestation. Le diplomate mauritanien, n’est cependant pas resté longtemps avant de regagner son poste contrairement à son collègue d’Algérie  dont le rappel pour consultation  a duré presque 6 mois.

L’otage français libéré le 22 février, Pierre Camatte avait été enlevé le 26 novembre 2009 prés de la ville malienne de GAO  par al qaida. En revanche, tel n’avait pas été le cas pour un autre otage français victime d’un rapt le 19 avril au Niger, Michel  Germaneau, que la nébuleuse affirme avoir exécuté, le 22 juillet. L’annonce de sa mort est intervenue après un raid franco-mauritanien contre une base d’al qaida en territoire malien. Le chef de l’Etat malien ATT, devait demander que ce genre d’opérations, soient désormais coordonnées. ATT  a réitéré cette demande le 27 juillet dernier en recevant le ministre français des affaires étrangères en tournée, dans la région. L'Algérie, quand a elle, elle estime que la situation d'insécurité prévalant doit être la seule affaire des pays de la région.

 

 















GABONEWS APAnews