Dénonciations des mandats d’arrêt lancés par le gouvernement malien


Sahara médias avec Agences
Dimanche 10 Février 2013



Dénonciations des mandats d’arrêt lancés par le gouvernement malien
Le mouvement islamique de l’Azawad (MIA) a vivement critiqué la décision prise par le gouvernement malien de lancer des mandats d’arrêt contre certains des dirigeants des groupes islamistes armés qui contrôlaient le nord Mali avant l’intervention de l’armée française, il y a presque un mois.
Cependant, le MIA a renouvelé sa disposition à négocier en vue de trouver une issue politique à la crise.
Dans un communiqué rendu public samedi, le mouvement dissident d’Ansar Edine, indique que le MIA « a appris, sans surprise, la décision prise par le  gouvernement de Bamako de lancer un mandat d’arrêt contre Abass Ag Ntala et Bilal Ag Chérif et a pris note ». Le premier est le dirigeant du MIA et le second est le secrétaire général du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA). Les deux mouvements assurent contrôler la ville de Kidal, 1500 km au nord de Bamako où se sont déployés également des militaires français et tchadiens. Ils ont affirmé que, par cette décision, le Mali montre ainsi qu’il fait fi de la solution politique, auquel appelle pourtant la communauté internationale et un manque de reconnaissance envers la France qui a intervenu pour sauver le pays. Enfin, ils déclarent continuer à privilégier la solution politique à la crise mais avec qui négocier ? se demandent les deux mouvements.
 














GABONEWS APAnews