Dernier virage avant la fête d’El Fitr : Entre embouteillages et bousculades dans les marchés


Saharamedias/Nouakchott
Dimanche 27 Juillet 2014


A l’approche de la fête d’El Fitr, les marchés de Nouakchottois notamment celui du marché de la capitale ne désemplissent pas de foules poussant les éléments du Groupement général pour la sécurité des routes à augmenter des troupes au niveau des points stratégiques des marchés pour faciliter la fluidité de la circulation. Les Nouakchottois prennent d’assaut les marchés. Ainsi la veille de la fête d’El Fitr rime avec embouteillage et bousculades dans les marchés.


Dernier virage avant la fête d’El Fitr : Entre embouteillages et bousculades dans les marchés
Les embouteillages gigantesques surviennent quotidiennement à Nouakchott à l’approche de la fête  gênant  la circulation routière sur tous les axes menant vers le centre ville, notamment ceux d’Arafat, de Toujounine où il était devenu impossible de progresser, malgré la présence des éléments du GGSR responsables de la gestion du flux routier. Surtout aux  alentours du marché capital. Nouakchott renoue avec ces embouteillages monstres. L’affluence ces jours-ci dans les différents marchés, notamment au marché de la Capitale, bat son plein. Etranglé par la soif et la faim en plein ramadan,  les esprits des Nouakchottois se chauffent terminant souvent par des bagarres.
Circuler à Nouakchott ces temps-ci est devenu un véritable casse-tête pour les usagers. Les nerfs sont tendus  en ces moments où l’enfer des embouteillages et le soleil chaud dans le mois béni de ramadan, réchauffe les esprits. Face à ce phénomène récurrent des jours avant fête, le Groupement de sécurité routier, a commencé à mettre ses barrages, pour éviter tout encombrement aux alentours du marché central de la Capitale, la Mecque de tous les Nouakchottois. Beaucoup de Mauritaniens qui devront se battre à coups de coude, de sueur et de bolides, n’est nullement aisé à gérer.
Au milieu de ces embouteillages montres et bousculades, l’ambiance habituelle du marché de la capitale, les jours se suivent et ne se ressemblent pas. Les marchands augmentent les produits et leurs prix, la clientèle trinque. Dans ces différents produits divers étalés par les marchands, la majorité de la clientèle demande voiles et boubous. Les marchands ambulants se cantonnent aux robes.
Souvent très pressés, les automobilistes se livrent à tout genre d’anarchies. Les déviations pour éviter le centre névralgique de la Capitale ont entraîné des bouchons dans chaque coin de rue et de ruelle, surtout aux alentours des îlots V, M et C. conséquence  d’un urbanisme mal adapté à explosion démographique que connaît Nouakchott. Une ville dont les concepteurs n’avaient pas prévu une telle concentration de populations.
Ainsi, le contour  compris entre l’Immeuble de la BMCI, le carrefour de la BMD, l’intersection située au Musée, jusqu’à l’ancien emplacement de la Fanfare, tout ce périmètre est en voie d’être fermé à la circulation.
NCO
 
 
 
 
 














GABONEWS APAnews