Des dirigeants du parti au pouvoir fustigent l’opposition pour avoir comparé la Mauritanie avec le « cas » tunisien


saharamedia
Mardi 25 Janvier 2011



Le secrétaire exécutif en charge de la bonne gouvernance à l’Union pour la République (UPR), Thiam Djombar, a indiqué que la situation politique dans le pays est on ne peut plus « normale », ajoutant que tout ce qui justifie la présente campagne menée par l’opposition, c’est sa volonté de perturber la marche vers le développement national, faisant fi en cela des réalisations qui ont été accomplies.

Thiam Djombar, qui s’exprimait au cours d’une réunion de l’UPR tenue dans l’enceinte du stade de Dar Naim, dans le cadre des « journées de contact et d’échanges », organisé par le parti au pouvoir, a mis en exergue ce qui a été réalisé sous Ould Abdel Aziz « avant et après l’élection présidentielle de juillet 2009 », selon son expression.

Il a par la suite passé en revue certaines des réalisations du gouvernement, faisant remarquer que le secteur de la santé est pourvu maintenant de trois hôpitaux spécialisés (mère et enfant, cardiologie, oncologie), en plus de réalisations dans le domaine de la fourniture de l’eau et de l’électricité au niveau de Nouakchott et de nombre de villes de l’intérieur.

Il a aussi cité, comme preuve de ces réalisations, les 65 bus de la Société de transport public (STP) déjà opérationnels à Nouakchott et à Nouadhibou, et la volonté affiché d’en finir, une fois pour toutes, du phénomène des « gazra » (habitats précaires).

D’autres responsables du parti au pouvoir ont évoqué l’ouverture de 600 boutiques sur l’ensemble du territoire nationale pour limiter l’impact négatif de la flambée des prix sur la vie des populations, les efforts faits dans le domaine de l’emploi, soulignant que 4600 diplômés ont trouvé de l’embauche et 1000 employés engagés en 2010, en plus de 1500 recrutements au niveau de Tasiast, et de 870 sortants exerçant dans le domaine de la plomberie, de l’électricité et d’autres métiers informels.

 

Enfin, Sid’Ahmed Ould Ahmed Vall qui avait évoqué ces chiffres dans le domaine de l’emploi a conclu en critiquant la propension de l’opposition à comparer la Mauritanie avec le « cas » tunisien, « différent sur tous les plans de ce qui se passe en Mauritanie » et parce que ce qui est à l’origine de  « la révolution tunisienne a été accompli par le président Ould Abdel Aziz à travers la chute des symboles de la gabegie que l’opposition cherche aujourd’hui à faire revenir », selon son expression.















GABONEWS APAnews