Des opérateurs mauritaniens ont pris part au premier Sommet de l'entreprenariat à Washington


saharamedia
Samedi 19 Juin 2010



Des opérateurs  mauritaniens ont pris part au premier Sommet de l'entreprenariat à Washington

Des opérateurs mauritaniens ont pris part au premier sommet de l'entreprenariat organisé par le gouvernement américain les 26 et 27 avril 2010, selon un communiqué de l'ambassade us à Nouakchott.Le forum  a réuni des acteurs issus de  pays à majorité musulmane et les communautés musulmanes des Etats Unis d'Amérique (USA) pour instaurer des rapports de confiance allant au delà "des questions de sécurité et de diplomatie, aussi cruciales soient-elles" peut-on-lire sur le communiqué de la représentation diplomatique us à Nouakchott. La délégation venue de Nouakchott a été "trés active" à l'occasion la rencontre, nouant des contacts dans le cadre d'échanges et  d'un véritable partage d'expériences. En participant au sommet, les entrepreneurs mauritaniens, Fatimetou Mint Mogueya, Amadou Birane Baro, Leila Mohamed Bouamatou et Mariem Mint Mohamed Saleh, ont également  eu l'opportuinité de rencontrer le président Obama, la Secrétaire d'Etat Hillary Clinton,  Mohamed Younes, père de la micro finance internationalement reconnu, et Mo Ibrahim, fondateur de la société de télécommunications ayant connu la plus grande réussite en Afrique. Dans un discours prononcé au Caire en 2009, à l'occasion de la première tournée dans le monde arabo-musulman, quelques mois aprés son installation à la Maison Blanche, le président américain, rappelle-t-on, a annoncé un nouveau style dans les relations entre les USA et les pays arabes et musulmans "fondé sur  l'intérêt et le respect mutuel" et sur "le  principe que l'Amérique et l'Islam ne s'excluent pas mutuellement". Il  en découle  le rejet de toute idée de concurrence. Bien au contraire, le chef de l'exécutif us  constate "que l'Amérique et l'Islam se nourrissent de principes communs:la justice, la tolérance, le progrès et le respect de la dignité de chaque être humain". Pour chasser définitivement des rapports marqués par la méfiance, le  président Obama ajoutait "tant que notre relation restera définie par nos différences, nous donnerons du pouvoir à ceux qui sèment la haine au lieu de la paix, ceux  qui encouragent les conflits au lieu d'une coopération à même d'aider nos peuples à connaître la justice et la prospérité".

 















GABONEWS APAnews