Des partis de la Majorité : Le gouvernement cherche à faire de la CENI une structure dépendant de lui


Sahara Médias - Nouakchott
Mercredi 26 Décembre 2012



Moustapha Ould Abeiderrahmane, président du RD
Moustapha Ould Abeiderrahmane, président du RD
Le président du Renouveau démocratique (RD), Moustapha Ould Abeiderrahmane, également porte-parole de la Convergence nationale (Adil, RD, MPR), membre de la majorité présidentielle, s’est dit étonné que la Commission électorale nationale indépendante (CENI) ne dispose pas d’un financement autonome, dans la loi de finances 2013, déclarant que le gouvernement cherche à en faire une structure sous sa tutelle, « ce qui lui ôte son indépendance », selon son propos.
Ould Abeiderrahmane, qui s’exprimait ce matin dans une interview accordée à la radio Sahara médias FM, a ajouté que « jusqu’à présent, il n’y a pas de budget pour la CENI, ce qui m’étonne et étonne notre coalition », précisant que, « s’il n’a pas de budget autonome pour la CENI, il n’a pas d’indépendance pour elle ».
Et le président du RD de dire : « la loi précise que c’est la CENI qui détermine son budget et c’est au parlement de l’approuver, sauf que nous avons entendu que le gouvernement ou le ministre des Finances, tente d’en faire une institution comme n’importe quelle autre de l’Etat, et donc que le gouvernement doit approuver son budget, ce qui est inadmissible ».
Ould Abeiderrahmane a, dans le même ordre d’idée, indiqué que le pays vit, en quelque sorte, une « crise politique » qui fait que, petit à petit, les institutions démocratiques sont gagnées par un semblant d’illégitimité parce que le mandat fixé, et notamment pour le parlement, est échu ».  Il a insisté sur la nécessité d’organiser au plus vite les élections « pour régler les problèmes institutionnels » pendants, précisant que ces scrutins ont besoin d’un certain climat politique et de conditions nécessaires.














GABONEWS APAnews