Des réunions secrètes à la présidence pour faire passer le principe d’un troisième mandat


Nouakchott - Saharamédias
Mardi 18 Octobre 2016



Des réunions secrètes à la présidence pour faire passer le principe d’un troisième mandat
Le palais présidentiel a abrité ces derniers temps des séries de rencontres, déclarées pour certaines et secrètes pour d’autres, avec les différentes parties prenantes au dialogue.

Ces rencontres individuelles ont été axées sur les recommandations de ce dialogue qui doit s’achever demain mardi.

Des sources très bien informées ont révélé à Sahara Media, que le ministre secrétaire général de la présidence, Moulaye O. Mohamed Lagdaf, a tenté de convaincre ses interlocuteurs d’accepter la modification de certains articles, notamment celui relatif à la limitation du nombre de mandats.

Ces rencontres se sont accélérées ces dernières heures, à l’approche de la clôture du dialogue, quand bien même certaines sources penchent en faveur d’une nouvelle prolongation, la troisième depuis le début du dialogue le 29 septembre dernier.

O. Mohamed Lagdaf fait face à certaines difficultés avec le parti APP qui a suspendu sa participation au dialogue, et dont le président Messaoud O. Boulkheir avait été reçu hier par le chef de l’état, Mohamed O. Abdel Aziz.

Selon des sources concordantes, O. Boulkheir aurait quitté la présidence peu satisfait des résultats de cette rencontre avec le président de la république qui aurait refusé la révision de l’âge de candidature à la présidentielle.

Les mêmes sources ajoutent que le président de la république aurait dit au président de l’APP que les personnes qui s’expriment au palais de congrès ne le représentent pas et que toutes les requêtes avancées ne reflètent ni son point de vue, ni sa conviction.

Il a par ailleurs refusé de lui donner des garanties quant à un troisième mandat, réaffirmant qu’il avait annoncé clairement qu’il ne serait pas un obstacle à la démocratie en Mauritanie.

Les sources de Sahara Media soutiennent que le président de l’APP a été catégorique quant à son refus d’une modification de l’article relatif au nombre de mandats qui autoriserait le chef de l’état à briguer un troisième mandat, une position réaffirmée par des dirigeants de cette formation politique.

D’autres informations font état de la convocation par le ministre secrétaire général de la présidence de la république, d’un haut dirigeant de l’APP auquel il a fait un large exposé pour tenter d’infléchir la position du parti.

On ne sait toujours pas si cette tentative pourrait favoriser un changement de la position de Messaoud O. Boulkheir.

Le bureau exécutif de l’APP a tenu une réunion afin d’arrêter sa position par rapport à la reprise ou la suspension de sa participation au dialogue.

Des sources révèlent une ferme volonté de certains segments du gouvernement à modifier les dispositions constitutionnelles relatives aux mandats, mais ils tiennent à avoir l’assentiment du président Messaoud.

Le forum national pour la démocratie et l’unité, le plus grand rassemblement de l’opposition dans le pays,  menacé d’escalade et de descendre dans la rue, pour empêcher toute disposition qui permettrait à O. Abdel Aziz de rester au pouvoir, après la fin de son mandat actuel.

Le FNDU a appelé à une marche populaire le 29 octobre pour exprimer son refus à toute modification des articles de la constitution relatifs au mandat présidentiel.

Des dirigeants du forum ont mis en garde contre de telles mesures qui empêchent une alternance pacifique au pouvoir et qui risquent d’entraîner le pays dans un cycle de perturbations et d’instabilité, citant pour l’exemple celui du Burkina Faso.
 
 
 














GABONEWS APAnews