Des subsahariens et des Sahraouis accusés de trafic de cocaïne et d’entretenir un réseau d’immigration clandestin


Saharamédias/Nouakchott
Dimanche 23 Février 2014


Des éléments du commissariat de police d’El jedida 2, à Nouadhibou, a appréhendé les membres d’une bande accusés de trafic de drogue, notamment de cocaïne dont 3kg ont été saisis en leur possession.


Le commissaire de police à El Jedida 2
Le commissaire de police à El Jedida 2
Une source sécuritaire a révélé à Saharamédias qu’il s’agit de trois africains de différentes nationalités venus à Nouadhibou à partir de Nouakchott dans un bus de transport en commun, ajoutant que la police mène son enquête pour connaître les autres membres de la bande.
La source a indiqué que la drogue était caché à l’intérieur d’une bonbonne elle-même couverte d’aluminium  et induite d’une huile qui rendait difficile la découverte de la drogue par les chiens policiers.
Ces malfrats ont été arrêtés dans le quartier « Accra », à « Kirane », zone de Nouadhibou connue pour être l’habitat privilégié des subsahariens.
Dans le même cadre, la police interroge huit personnes arrêtées par le même commissariat près de l’auberge Cabanon 2 et accusées d’avoir aidés des immigrés clandestins, alors que ce groupe, composé de Sahraouis et de mauritaniens prétend avoir envoyé plutôt une barque transportant des cigarettes de contrebande.
Il y a quelques jours, la police au niveau de Nouadhibou avait démantelé un vaste réseau de trafic de drogue mêlé  à la prostitution de jeunes filles africaines que les services de sécurité de la capitale économique ont fini par refouler vers leurs pays.














GABONEWS APAnews