Desmond Tutu va se retirer de la vie publique en Afrique du Sud


saharamedia
Jeudi 22 Juillet 2010



Desmond Tutu va se retirer de la vie publique en Afrique du Sud

Mgr Desmond Tutu, prix Nobel de la paix et militant anti-apartheid du haut de sa chaire d'archevêque anglican, a annoncé qu'il se retirerait de la vie publique en octobre, après son 79e anniversaire. "Le temps est venu de ralentir", a-t-il dit au Cap lors d'une conférence de presse retransmise à la télévision. Il a précisé qu'il démissionnerait après son anniversaire pour pouvoir "siroter du thé l'après-midi" avec sa femme, profiter de sa famille et regarder des matches de cricket.

 

Desmond Tutu, qui a quitté ses fonctions d'archevêque du Cap il y a une dizaine d'années, a continué à mettre sa verve et son action au service d'autres causes.

Il a notamment créé une fondation pour la paix, conseillé des dirigeants politiques et siégé au sein du groupe des Elders (les anciens), qui réunit d'anciens chefs d'Etat.

Il est apparu récemment en public lors de la Coupe du monde de football en Afrique du Sud, que d'aucuns jugent comme le plus grand événement de l'histoire du pays depuis la fin de l'apartheid il y a seize ans.

Si Tutu entend continuer d'oeuvrer en faveur de la paix au sein de sa fondation, il a choisi de renoncer à ses fonctions à l'université et à son travail au sein d'une commission de l'Onu contre le génocide. Il n'accordera plus d'interviews aux médias.

Seule exception: son travail dans le groupe des Elders.

PREMIER NOIR À LA TÊTE DE L'ÉGLISE

En plein régime d'apartheid, Desmond Tutu avait profité de sa fonction d'archevêque pour dénoncer dans ses sermons le système en place et plaider en faveur de l'égalité des droits et d'un système éducatif commun.

Son franc-parler lui valut les foudres du pouvoir blanc, qui confisqua son passeport avant de faire marche arrière face aux critiques de la communauté internationale.

En 1984, il reçut le prix Nobel de la paix. Deux ans plus tard, il fut nommé archevêque du Cap, devenant le premier Noir à la tête de l'Eglise anglicane du pays.

Avec la fin de l'apartheid et la tenue d'élections, le nouveau président, Nelson Mandela, le place à la tête de la commission Vérité et Réconciliation chargée d'examiner les cas de violation des droits de l'homme pendant l'apartheid.

Lors de sa conférence de presse, jeudi, Desmond Tutu a confié que l'investiture de Nelson Mandela, qui vient de fêter ses 92 ans, en tant que président de l'Afrique du Sud était l'un des plus grands moments de sa vie.

"J'ai dit à Dieu: 'Dieu, peu m'importe si je dois mourir maintenant'".

Jon Herskovitz, Marine Pennetier pour le service français, édité par Gilles Trequesser

 















GABONEWS APAnews