Discussions à Nouakchott autour de la création d’une compagnie aérienne africaine


Saharamédias/Nouakchott
Mardi 28 Janvier 2014



le président Ould Abdel Aziz, lors de sa rencontre avec les trois ministres (a.m.i)
le président Ould Abdel Aziz, lors de sa rencontre avec les trois ministres (a.m.i)

Le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, a tenu, hier à Nouakchott, une réunion avec les ministres des transports et infrastructures nigérien et malien, respectivement, Saly Saïdou et Soumaré Abdoulaye, en compagnie de leur homologue mauritanien, Yahya Ould Hademine.
En marge de la réunion, le ministre nigérien a déclaré, qu’ils penchent, ses homologues et lui, sur l’exécution de la décision des dirigeants des Etats visant la création d’une nouvelle compagnie aérienne.
‘’ Nous sommes mandatés pour la recherche des meilleures voies de création de cette compagnie, qui permettra le renforcement de la coopération bilatérale entre les trois Etats, ainsi que le développement des activités économiques et financières, a précisé Saly Saïdou.’’
Les trois ministres ont, par la suite, effectué une visite au projet du nouvel aéroport international de Nouakchott. Le ministre nigérien a salué cette expérience, qui, selon lui, constitue une première, un aéroport de cette envergure, dont la construction est assurée par des sociétés locales.
Par ailleurs, les trois ministres ont tenu une réunion, dimanche à Nouakchott, afin d’identifier les mécanismes et outils juridiques, institutionnels et financiers nécessaires pour la création de cette compagnie commune. La première compagnie aérienne mixte, en Afrique, après la faillite d’Air Afrique.
Pour sa part, le ministre malien, Abdoulaye Soumaré, a souligné qu’il s’agit d’un outil d’intégration et de renforcement de coopération entre les trois pays.
Le ministre mauritanien, quant à lui, a rappelé que la décision prise par les trois Etat vise essentiellement le renforcement de la coopération bilatérale et les échanges entre Etats. Il a ensuite signalé que toute compagnie aérienne africaine, à elle seule, ne saurait tenir face à la concurrence au sein d’un marché de transport aérien accaparé par les grandes compagnies.

 














GABONEWS APAnews