Dockers-police : Vers la confrontation


saharamedia
Lundi 10 Mai 2010



Dockers-police : Vers la confrontation

Samory  Ould  Beye a dénoncé, au cours d’une conférence de presse tenue, ce lundi 10 mai, au siège de son organisation, la persistance de certaines pratiques et notamment les arrestations arbitraires des dockers qui ne faisaient que réclamer leurs droits. « Ils n’ont commis aucune action de nature à amener les autorités à adopter un comportement pareil » devait-il dire. Des centaines de dockers avaient pris d’assaut le siège de la CLTM, 24 heures après l’expiration du préavis de grève et visiblement, les parties s’acheminent  vers le scénario tant redouté à savoir celui de la confrontation. Ould Bèye a indiqué que tout au long des contacts informels qu’il a eu à mener, il a exprimé la volonté de dialogue de  sa centrale de manière à rechercher une solution consensuelle par la voie pacifique à chaque fois que cela est possible. « Malheureusement, le gouverneur qui a entretenu la confusion, n’a pas tenu un discours cohérent. Rien de concret ne nous a été présenté », s’indigne-t-il. Le dirigeant de la CLTM a déploré la détention injustifiée et dans des conditions inhumaines de sept  dockers, privés de nourriture.  Samory Ould Bèye a révélé que la police a contraint les sept détenus à signer individuellement et plus tard collectivement les procès verbaux, refusant de procéder à leur lecture. Dans cette optique, la CLTM a constitué un avocat  pour défendre les détenus. Samory Ould Beye a estimé que les autorités doivent assumer toutes les responsabilités qui en découlent après avoir  fait preuve  de l’arbitraire, de l’usage de la force tout en continuant  la provocation… » « …Il est regrettable qu’on en soit arrivé là » devait-il conclure.

 

 

 

 

 















GABONEWS APAnews