Election présidentielle en Mauritanie : la bataille tourne autour du taux de participation


Saharamedias+Agences
Jeudi 19 Juin 2014


La principale bataille lors de l’élection présidentielle en Mauritanie dont le premier tour est prévu samedi tourne essentiellement autour du taux de participation tant l’issue du scrutin penche vers une victoire écrasante du président sortant Mohamed Ould Abdel Aziz.


Election présidentielle en Mauritanie : la bataille tourne autour du taux de participation
Pour ce dernier, l'importance d'une forte participation s'explique par le boycott actif décidé par la quasi-totalité de l'opposition regroupée au sein Forum national pour la démocratie et l'unité (FNDU). Le FNDU comprend la Coordination de l'opposition démocratique (COD), des organisations de la société civile et des personnalités indépendantes. Il multiplie depuis quelques jours, meetings, marches et communiqués pour sensibiliser ses membres sur la nécessité de bouder les urnes pour montrer le poids du Forum. Les autres candidats sont Boidiel Ould Houmeid et Ibrahima Moctar Sarr, présidents de deux petits partis politiques, en plus des deux indépendants : le leader antiesclavagiste Biram Ould Dah Ould Abeid et l'ancienne commise de l'administration Lalla Mariem Mint Moulaye Idriss. Les dernières élections municipales et législatives de novembre et décembre 2013 avaient enregistré un taux de participation de plus de 75% au premier tour et 72% au second tour, selon le rapport de la Commission électorale, et ce, en dépit de leur boycott par la COD. Ce boycott avait cependant connu une dérogation de taille, les islamistes du parti Tawassoul, membre de la COD, ayant pris la décision unilatérale de participer au scrutin. Résultat : ils ont obtenu 16 sièges sur 147 à l'Assemblée nationale, occupant ainsi la seconde place après le parti au pouvoir. Mais pour nombre d'observateurs, ce score relativement bon est dû, en grande partie, aux voix de militants de l'opposition boycotteuse n'ayant pas respecté le mot d'ordre et ayant voté Tawassoul. La question est maintenant de savoir si le boycott sera suivi à la lettre par la totalité des sympathisants du FNDU et si oui, quelle sera son ampleur. D'ores et déjà, le Forum et la campagne de Ould Abdel Aziz s'accusent mutuellement de recours à des méthodes peu orthodoxes pour parvenir à leurs objectifs respectifs. Dans ce cadre, le FNDU accuse les responsables de campagne du président sortant de procéder à l'achat de consciences des électeurs tandis que les sympathisants de Ould Abdel Aziz reprochent à l'opposition de confisquer les cartes d'identité de ses électeurs pour les empêcher de voter.














GABONEWS APAnews