Entre les chantiers et les rues inondées: le calvaire des automobilistes


saharamedia
Mardi 7 Septembre 2010



Entre les chantiers en cours de réalisation depuis quelques mois (en direction du cinquantenaire de l'indépendance), les rues inondées suite aux pluies des derniers jours, les embouteillages habituels, les rigueurs du Ramadan et l'indiscipline caractéristique des mauritaniens par rapport au respect du code de la route, la torride chaleur du mois de septembre,  les automobilistes de Nouakchott vivent un véritable calvaire, un casse tête de tous les diables.

La fébrilité des pères et mères de famille, due à  l'approche de la fête de Korité, avec la perspective de nombreuses dépenses pour faire face à des obligations incompressibles viennent accentuer la mauvaise humeur des usagers de rues transformées en véritables patinoires.

 

Lundi matin aux environs dev 11 heures: un embouteillage monstre bouche le carrefour venant de l'axe lycée arabe+stade de la capitale pour déboucher sur l'avenue Gemal Abdel Nasser (en plein chantier) à hauteur  de Radio Mauritanie.

Sidi Ould Dah, la cinquantaine,  conduisant une belle berline japonaise de marque Toyota, fait chaude gorge sur un taximan auquel il demande de dégager le passage.

Ce dernier fait la sourde oreille et répond par un geste de mauvaise humeur.

Le propriétaire de la Toyata tente alors une manoeuvre défiant les règles les plus élémentaires du code de la route.

Peu importe l'infraction, il arrive à se dégager à la manière d'un véritable kamikaze sans faire de dégâts. Pari  réussi.

La circulation devient alors une véritable foire aux empoignades, avec un sauve qui peut général. Chacun cherche à se frayer un passage par tous les moyens, y compris les moins loyaux. La morale au placard.

Présent sur les lieux, un agent de police se retrouve totalement débordé face à tant d'indiscipline.

Certains usagers descendent  de leurs véhicules, soit pour calmer les esprits, ou alors pour jouer  carrèment la police.

Mohamed, conducteur d'une belle 4X4 Proteste vivement contre un usager qui tente de le dépasser du côté contre indiqué.

Dans la journée du dimanche, un homme trés pressé est venu détruire une importante pièce du moteur de sa Toyota berline Avensis en entrant à toute vitesse dans une flaque d'eau recouvrant une grosse pierre.Une scène qui s'est passée à hauteur du carrefour état major de la Garde Nationale+Collège de jeunes filles.

Diallo passe une bonne partie de la journée à faire de longs détours pour trouver des passages praticables dans les différents quartiers ,aux ruelles boueuses.

Au cours des derniers jours, les  d'incidents de circulation  se sont multipliés avec de nombreux dégâts à la clef.

D'ou une question lancinante pour les usagers des routes"à quand la fin du calvaire".















GABONEWS APAnews