FLAM : Le dossier des réfugiés mauritaniens toujours pendant


saharamedia
Lundi 21 Juin 2010



La douloureuse question des déportés mauritaniens au Sénégal et au Mali restent toujours pendante,   rappellent  les Forces de Libération Africaines de Mauritanie (FLAM), un mouvement nationaliste noir  de la diaspora, dans une déclaration publiée dimanche soir, à la célébration de la journée mondiale des réfugiés.

Le document  attire l’attention de l’opinion nationale et internationale sur la situation « dramatique des déportés négro mauritaniens qui continuent de croupir dans des camps de fortune au Sénégal, au Mali et en Mauritanie dans l’oubli et l’indifférence générale ».

Le mouvement de la diaspora signale que « 5000 réfugiés inscrits et prêts pour le rapatriement « restent  toujours bloqués au Sénégal depuis janvier 2010 »alors que

 

D’autres attendent au Mali, la signature d’un accord tripartite entre Nouakchott, Bamako et le Haut Commissariat des Nations Unies aux Réfugiés (HCR), sur le modèle de la convention du 12 novembre 2007 signée entre les gouvernements de Mauritanie, du Sénégal et l’agence onusienne.

La déclaration des FLAM déplore l’attitude des autorités mauritaniennes dont la réconciliation nationale « n’est pas le souci premier »  et  exprime  l’indignation de l’organisation par rapport à la situation de plus de 20.000 anciens  réfugiés, revenus au pays «  cantonnés sur  des sites de fortune dans la vallée du fleuve : le gouvernement refusant de leur rétrocéder leurs terres de culture, de leur octroyer des pièces d’état civil et de viabiliser leurs sites dépourvus de tout ».

Les FLAM dénoncent « le recule » de la position du gouvernement mauritanien sur le dossier   des réfugiés et « s’inquiètent des conséquences de ces manquements graves sur la timide décrispation du climat social » dans le pays.

Un problème « non résolu » qui comporte de « réels dangers pour la stabilité de la Mauritanie et de la sous région ».

 















GABONEWS APAnews