Festival des Villes Anciennes : La cité historique de Chinguitti, en quête de renaissance


saharamedia
Mercredi 16 Février 2011



Festival des Villes Anciennes : La cité historique de Chinguitti, en quête de renaissance

La ville de Chinguitti, dans le nord de la Mauritanie donne l’impression de refaire l’histoire à rebours. Malgré la présence insolite de nombreux véhicules 4X4 et d’une population nettement plus importante que celle des jours ordinaires, la cité se rappelle de son passé de centre culturel et de passage caravanier ainsi que de route vers les lieux saints de l’Islam.

L’ambiance festive qui y règne en ce jour de fête d’Id El Maouloud, avec des dizaines, voire des centaines de chameliers venant de tous les coins du pays, et arpentant les allées étroites de la ville, traduit un aspect de l’effervescence qui a gagné la cité antique qui s’apprête à vivre la première édition du Festival des Villes Anciennes de Mauritanie (Chinguitti, Ouadane, Oualata, Tichit).

Une manifestation pour laquelle la ville de Chinguitt a été choisie par tirage au sort et qui démarre aujourd’hui, jour de fête de la naissance du Prophète, Paix et Salut sur Lui, avec une présence officielle et populaire remarquable.

 

Parmi les hôtes de la ville, le président Mohamed Ould Abdel Aziz, lui-même, qui effectue sa première visite pour cette cité historique classée patrimoine commun de l’humanité, depuis 1996, par l’Unesco.

La ville sera, durant une semaine (du 16 au 22 février), le centre de la Mauritanie, et un lieu de « pèlerinage » pour les délégations venants de diverses localités du pays, notamment des autres villes historiques qui participent aux différentes activités de ce Festival avec 40 personnes pour chacune d’entre elles.

Fondée à la fin du XIIIème siècle, la ville fut un important centre de commerce caravanier entre l'Afrique du Nord et l’Afrique noire, et surtout la plus grande métropole culturelle de la région depuis le début du XVIème siècle. Elle témoigne d'un mode de vie traditionnel, centré sur la culture nomade, de la population du Sahara occidental. Elle est devenue la 7ème ville sainte de l'islam sous le nom de « ville des bibliothèques».

Progressivement envahie par les sables, la ville a gardé son tissu urbain élaboré entre le XIIème siècle et le XVIème siècle, avec ses maisons à patio se serrant en ruelles étroites autour d'une mosquée à minaret carré, coiffée de 5 œufs d’autruche. Les matériaux utilisés pour ses constructions étaient essentiellement la pierre, et le banco local de couleur ocre. Les toitures sont faites à partir de troncs et de branches d'arbres ou de palmiers dattiers. On y voit quelques anciennes portes massives en acacia.

Chinguetti compte une dizaine de bibliothèques recensées, et de nombreux foyers y possèdent quelques manuscrits. Certaines pièces de ces collections datent du IXème siècle, ont parfois été rédigées sur des peaux de gazelles, ou sont protégés par des couvertures en peau de chèvre. La majorité de ces ouvrages traitent de religion et du Coran, mais beaucoup parlent de science ou de littérature.

 

 

 















GABONEWS APAnews