Fin tragique du patron de Total en Russie suite à la collision de son jet privé avec une déneigeuse


Saharamedias/Agences
Mardi 21 Octobre 2014


Le patronat français est en deuil aproès la mort, dans la nuit de lundi à mardi, en Russie dans le crash d'un avion privé à l'aéroport de Vnoukovo, près de Moscou, de Christophe de Margerie, 63 ans, patron du groupe pétrolier français Total.


Fin tragique du patron de Total en Russie suite à la collision de son jet privé avec une déneigeuse
C'est un séisme pour le groupe Total. L'avion, un jet Falcon-50, du PDG de Total s'est crashé après être entré en collision au moment du décollage avec une déneigeuse à l'aéroport de Vnoukovo (Russie). Un accident qui a causé la mort de la totalité de ses occupants.
La mort du patron du groupe Total été confirmée dans un communiué du plus grand pétrolier français en ces termes : Le groupe Total confirme « avec une grande émotion et une profonde tristesse que son président-directeur général Christophe de Margerie est décédé cette nuit peu après 22h (heure de Paris) dans un accident d'avion, à l'aéroport de Vnoukovo de Moscou, à la suite d'une collision avec un engin de déneigement ».
"Tous les occupants de l'avion ont trouvé la mort, dont les trois membres d'équipage et Christophe de Margerie", mais pas le conducteur de l'engin de déneigement, a-t-il précisé.
Les médias russes et les autorités aéroportuaires avaient pour leur part, plus tôt dans la soirée, chiffré le bilan à quatre morts.
Les boîtes noires de l'appareil ont quant à elles été trouvées par les experts dépêchés sur place, selon une source au sein de l'aéroport citée par l'agence Interfax.
Une enquête sur les circonstances de l'accident a été ouverte auprès du Comité intergouvernemental d'aviation, qui enquête sur tous les accidents aériens en Russie, ainsi qu'auprès de l'agence fédérale d'aviation russe, dont le directeur, Alexandre Neradko, a promis de suivre le dossier personnellement.
Selon lui, plusieurs éléments peuvent expliquer la catastrophe, parmi lesquelles de mauvaises conditions météorologiques, avec notamment une couverture nuageuse, du brouillard et des précipitations. En outre, les autorités n'excluent pas "le facteur humain", a-t-il ajouté, cité par Interfax.
 














GABONEWS APAnews